Archives de catégorie : vie numérique

burned firewood

Comment améliorer son empreinte carbone concernant nos utilisations du numérique?

Hello, ce sujet est apparu durant le camp chatons donc hop o/

En effet il faut s’intéresser à tout ce qui caractérise l’inaction climatique et prendre les mesures des actions pour vraiment rendre compte de ce qui est efficace et ce qui est contre productif.
Se concentrer sur les petites actions individuelles est une diversion classique pour éviter de parler des dominations systémiques. Sans parler de la culture du spectacle qui incite les médias à inviter des personnes totalement incompétentes et non reconnues par les personnes de leur domaine de compétence, voire de réels charlatans, mais aux propos qui font réagir, ou qui parlent aux peurs du grand public qui n’a jamais été formé aux bases du sujet.

Les communications venant de personnes de pouvoir qui blâment les gens qui ne suppriment pas leurs e-mails et ne coupent pas le wifi quand ils partent en avion en week-end en sont symptomatiques (ou qui prennent leur jet privé cinq fois par jour, comme le fameux avion de Bernard Arnault suivi par informations publiques).

C’est le problème de beaucoup de choses autour de l’écologie, sans mesure ni méthode rigoureuse on fait les choses au doigt mouillé et on peut très vite se retrouver à se tirer une balle dans le pied.

Vouloir faire de la récup et du nomadisme à vélo, oui ça va à priori dans le bon sens. Remplacer de l’électricité décarbonée par des groupes électrogènes au pétrole pour faire fonctionner son micro serveur, est cependant une perte nette pour l’espérance de vie de tout le monde.

Le mot de sobriété évoqué ressemble souvent à une formule magique qui ressemble fort à « on verra bien plus tard comment faire, tkt il suffit d’être sobre », ce qui est particulièrement alarmant quand il est question de préparation à de la gestion de pénurie.

L’Allemagne par exemple savait depuis très longtemps qu’elle était dépendante du gaz Russe, et que l’extraction de charbon pour faire de l’électricité est hautement producteur de GES, mais refuse de remplacer l’intégralité de ses centrales hautement carbonées par ses centrales nucléaire parfaitement rénovées et opérationnelles, qui sont ultra bas carbone. Il faut choisir entre électoralisme et consensus scientifique sur les priorités climatiques.
Pour vous faire une idée des intensités carbone des moyens de production dans de nombreux pays il existe [ElectricityMap](https://app.electricitymaps.com/zone/FR), et éco2mix qui publie en temps réel et permet de voir dans le passé (et qui cite ses sources).

Les études réunies par le GIEC (organisme de l’ONU) ont publié toute l’importance de stopper très rapidement les émissions de gaz à effet de serre, et d’attaquer très sérieusement la dépendance à l’utilisation de ressources fossiles.
Si on rajoute du renouvelable par dessus le charbon et le gaz sans les arrêter, on est certain d’aller dans le mur et qu’il y aura rapidement des famines.

Il faut clairement débuter des chantiers de décarbonation qui passeront nécessairement par une électrification massive des usages et une adaptation du fonctionnement du monde pour ne pas juste remplacer tout ce qu’on a aujourd’hui par « pareil, mais en électrique ».
Ce n’est pas un détail, l’électrification fait généralement l’économie de 4/5e d’énergie primaire nécessaire à n’importe quelle action réalisée avec des sources primaires d’énergie fossile.

Le rapport de RTE publié fin 2021 proposait 6 scénarios de futurs électriques avec des mix électriques différents qui ne se feront pas d’un claquement de doigt et demandent de l’anticipation. Et toutes ces options ont différents points de difficulté parfaitement identifiés.

Certaines options présentent clairement davantage de difficultés de réalisation, de dépendance à certains pays, et tout ce qui présente d’avantage d’intermittence va demander jusqu’à 100 fois plus de métaux, et plus d’installation de trucs chaque année d’ici 2050 qu’il n’en a été installé au cours des 10 dernières années (coucou le photovoltaïque), mais ce n’est pas pour autant qu’il faut appliquer la même solution partout.
Il faut savoir ce genre de choses pour faire des décisions éclairées (lol).

Avez vous une idée de ce que vos activités demandent en énergie fossile, quelle est votre empreinte carbone, combien de kWh par an votre logement mange ? Savez vous en quelle proportion les choses que vous faites par nécessité ont un impact d’effet de serre? Qu’est-ce que l’équivalent CO2, l’énergie primaire, qu’est-ce qu’une analyse de cycle de vie, le forçage radiatif, le cycle du combustible, la surgénération, la demi vie, le cycle de l’eau, le report modal, l’architecture des réseaux, la durée de vie d’un bâtiment, l’extractivisme, la densité énergétique ?
Le fonctionnement du monde n’est pas simple, comprendre l’énergie ne se fait pas non plus d’un claquement de doigt, et je suis loin de connaître tout ce que j’aimerais connaître dessus.

Petite info sur l’intensité électrique dans le monde en passant, là où le pétrole et le charbon diffusent dans l’air dans autour de 1200 grammes de CO2 pour faire un seul kWh, le gaz fossile en diffuse 400, le photovoltaïque en émet 60, l’éolien 40, l’hydraulique 6, et la dernière ACV d’EDF indique 3.7 grammes pour sa production électronucléaire. Les ordres de grandeurs sont spectaculairement différents.
On peut aussi s’amuser à comparer l’empreinte au sol (qui joue sur la déforestation), le besoin en matériaux tout au long de la vie, ou encore le nombre de morts engendrés par kWh (accident dans les mines, pollutions des ressources, maladies dues à l’air souillé, etc).

Un foyer Français mange environ 20kWh d’elec chaque jour, je vous laisse faire les calcul.
Si vous voulez tout savoir sur la cinquantaine de centrales qui sont actuellement démantelées dans le monde (j’ai aussi des fiches de cours là dessus), leur fonctionnement, les options de gestion des déchets et tout ce qui fait que c’est une énergie bien plus sûre que les autres, et tous les avantages du stockage géologique dans le granite et l’argilite vous pourrez trouver plein d’infos sur [le site des voix du nucléaire](https://www.voix-du-nucleaire.org/), et le blog du vulgarisateur Tristan Kamin « [dose équivalent banane, le nucléaire ce n’est ni secret ni compliqué](https://doseequivalentbanana.home.blog/) ». Si vous êtes plus branchés vidéo il existe le documentaire « [une énergie qui dérange](https://peertube.cipherbliss.com/w/ikUQfw5DVSyUroKYKBexr7) ». Le titre est putaclic mais le contenu est excellent, avec des intervenantes et intervenants compétents.
Vulgariser est essentiel pour réfléchir sans uniquement agir en fonction de ce qui fait peur, et permet de poser des points de comparaison très utiles à la compréhension d’un sujet aussi essentiel.

Pour revenir a nos moutons, il existe un [rapport de Carbone4 sur le sujet de « faire sa part »](https://www.carbone4.com/wp-content/uploads/2019/06/Publication-Carbone-4-Faire-sa-part-pouvoir-responsabilite-climat.pdf) qui détaille qu’en estimant que 80% des gens font des gestes utiles à la diminution de leur bilan carbone, on peut obtenir des réductions qui sont importantes, mais pas suffisante pour atteindre notre objectif de 2 tonnes d’équivalent CO2 par personne par an en 2050.
En imaginant que chaque Français fasse des actions héroïques de réduction individuelle avec et sans investissements, il resterait malgré tout 80% du boulot à accomplir sur tout ce qui concerne l’organisation globale de la société: contraintes sur les industries, rénovation des bâtiments publics et privés, modification des infrastructures pour faire du report modal, répartition des logements innocupés, télétravail, process d’agriculture, réduire grandement l’offre de viande.
Il faut réellement aller contrer les jeux de pouvoir collectivement si on veut espérer atteindre les objectifs de survie humaine sans trop de dégradations, car une chose est certaine, si on ne s’en occupe pas ça va nous tomber sur le nez d’autant plus violemment et dans des conditions bien plus violentes que si on fait en sorte d’adresser des réponses collectives et de s’instruire sérieusement sur tous ces sujets avant d’agir.
Si vous aimez la lecture dans des termes super abordables, il existe le PTEF, le plan de transformation de l’économie française.

Faire une fresque du climat est un bon moyen d’approfondir ses connaissances par exemple, mais c’est pas facile à faire.

Vous pouvez en attendant faire une estimation de votre bilan carbone individuel avec ce site qui utilise les infos de l’ADEME: https://nosgestesclimat.fr dont les sources sont ouvertes sur github https://github.com/datagir/nosgestesclimat (lol)
Notez la part fixe du secteur publique à 1 tonne de CO2 pour chaque français.

Quelques liens, c’est la fête des sources comme chez Manon:

 

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies. Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.
Suivez moi sur Mastodon @tykayn@mastodon.cipherbliss.com.
Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!

Être contributrice de 5 ans et le rester

La première règle quand on est parent c’est de le dire à tout le monde. Je vais donc vous raconter comment j’encourage ma fille de 5 ans à utiliser un environnement riche en outils libres et à devenir actrice de sa propre vie. Encourager sa fille de 5 ans à faire du chiffrement, faire des activités que l’on réserve habituellement aux garçons, l’encourager à prendre la parole et nous faire comprendre ce qu’elle ressent, ce qu’elle souhaite faire. Essayer le bépo, écrire son propre nom sur des claviers différents, dessiner sur Krita, savoir ouvrir une session utilisateur sur raspberry pi. Cette conférence présente un rapide historique de la mixité sociale dans les personnes qui ont fait les métiers de sciences et technologies de l’information, depuis la fiche B d’Ada Lovelace décrivant la première boucle logique d’un programme informatique aux collectifs Women Who code ou Duchess France en passant par les femmes qui calculaient les trajectoires de fusées pendant la seconde guerre mondiale.

Pour tout le monde, contribuer aux logiciels libre signifie obligatoirement avoir une longue formation et un intérêt dans les aspects les plus obscurs et jargonnés de l’ingénierie. Notamment porter une capuche devant son ordinateur. Or, rien n’est plus faux. On observe une représentation très minoritaire dans les milieux du libre et de la tech moderne en Europe: 15% de femmes, qu’on ne retrouve pas dans d’autres régions du monde où c’est plutôt 40 ou 50%. Ce sont des lieux où l’émancipation des femmes est culturellement bien plus établie que par chez nous où l’on peine à faire reconnaître la place de la domination patriarcale dont on a beaucoup conscience dans les milieux LGBT+ mais pas du tout par ailleurs, ou presque.

Dans les études sociologiques citées par Isabelle Dufour, on constate que la place des pères des femmes qui se dirigent vers les métiers STEM est cruciale. Quand on est papa, il faut donc savoir encourager sa fille, même si elle veut faire tel ou tel truc qui n’est pas à la mode selon les personnes dominant l’espace. Pour sortir des ronces de ce manque d’inclusivité on peut faire beaucoup de choses, ça demande d’abord de reconnaitre le problème, de comprendre les enjeux et de prendre le temps d’agir pour apprendre quel rôle on peut jouer dans la solution, et tout faire pour ne plus faire partie du problème. Par chez nous, dans les pays prétendument développés du Nord de la planète on constate ceci:

Les activités de soin et de reproduction sont généralement réservées aux femmes, à qui on apprend dès le plus jeune âge à être des personnes dociles, silencieuses et en retrait.

À l’opposé, les activités prescriptives de mise en oeuvre, de manipulation d’objets, de déplacement, de prise de décision pour les autres sont généralement réservées aux hommes.

On peut s’inspirer de milieux où l’inclusivité et la variété des personnes est un acquis et un enjeu central, aller à leur rencontre, sortir de l’entre soi et apporter son soutien sans prendre toute la place. Ne pas avoir peur de faire des kilomètres pour cela.

1.1. Comment vivent les projets libres

En premier lieu il faut savoir que les projets libres existent et sont portés par le seul croisement des personnes qui ont identifié un problème et sont en mesure d’y apporter un remède, et que bien souvent ce sont des projets portés par une seule personne. Il est impossible d’acquérir tous les savoir faire et toutes les connaissances du monde soi même. Il faut donc comprendre qu’on ne peut pas exiger d’une seule personne de répondre aux problématiques de tout le monde, tant le monde est varié et a des besoins différents. Cependant si on porte un projet libre mais qu’on ne prend pas le temps d’y inclure d’autres personnes c’est très probablement de notre seul fait.
1.2. S’inspirer des meilleures et de l’existant en général

Trouvez des références portées par des personnes LGBT et des minorités, voir Les Culotées, Le guide des petites filles qui ne veulent pas finir princesse, le guide débutantes d’Exodus Privacy. Vous pouvez enquêter sur ce qui se fait de mieux et de plus en accord avec les valeur du projet que vous souhaitez rejoindre.
1.3. Aspect extérieur de notre projet libre

Facilitez la vie des personnes extérieures à la fondation d’un projet libre, demandez vous « qu’est-ce que vont voir en premier les gens qui découvrent tout ça ». En premier il faut savoir comment s’adresser à des humains et où trouver des supports de communication pour comprendre de façon plus ou moins détaillée. Identifier rapidement les choses que l’on peut faire, le temps que cela prend, quelles compétences sont requises et quel niveau de difficulté cela représente.

Mettez davantage en avant les tâches que les gens non ingénieurs peuvent réaliser et dont tout projet libre qui souhaite être pérenne a besoin:
1.3.1. fabrication de canaux de communication
1.3.2. débats d’idées
1.3.3. essais du projet en pratique avec le public visé et prise de notes
1.3.4. traduction, lien avec des porteurs de cultures locale
1.3.5. correction orthographique, grammaticale
1.3.6. contrôle de qualité
1.3.7. recherches d’information
1.3.8. documentation, nettoyage de wiki, bibliographie
1.3.9. rédaction de compte rendus
1.3.10. organisation d’évènements
1.3.11. divertissement
1.3.12. fourniture de matériel, de lieux
1.3.13. logistique
1.3.14. médiation entre les gens
1.3.15. modération
1.3.16. prise en charge psychologique
1.3.17. mise en relation de personnes, de moyens
1.3.18. captation sonore et vidéo
1.3.19. illustration
1.3.20. design d’interface
1.3.21. charte graphique
1.3.22. hiérarchie de l’information
1.3.23. tâches administratives
1.3.24. comptabilité
1.3.25. travail juridique
1.3.26. recrutement
1.3.27. gestion de projet
1.3.28. formation
1.3.29. vulgarisation
1.3.30. administration système
1.3.31. fournitures de services éthiques
1.3.32. cyber sécurité
1.3.33. gestion des accès
1.3.34. référencement
1.3.35. révision de code
1.3.36. jardinage
1.3.37. cuisine
1.3.38. ménage
1.3.39. animation
1.3.40. réparation d’objets
1.3.41. libération de terminaux
1.3.42. expertise accessibilité
1.3.43. garde d’enfants
1.4. Variété de l’aide à proposer

On voit donc qu’il est possible de faire des tas de choses auquelles on aurait pas pensé pour aider un projet, le tout est de réfléchir à comment aider les personnes qui font ce projet. Tout en pensant à prendre du temps pour soi. Il sera bien mieux pour la cause que vous défendez que vous puissiez la défendre correctement et longuement, plutôt que d’apporter un soutien une fois et d’être totalement dégouté à vie. Ou a ce que votre espérance de vie réduise grandement du fait du manque de gestion de votre bien être. Des tas de choses sont possibles à réaliser, gardez en tête qu’il ne serait pas bon qu’il n’y ait que vous qui les fassiez toutes.
1.5. Intégrité avec les valeurs que l’on porte

Utiliser des outils libres et des ressources creative commons, au lieu de tout faire dans des plateformes privatrices hébergées aux USA, uniquement avec des personnes bilingues qui sont très similaires à vous. Pensez à rechercher une variété dans l’âge, l’origine ethnique, le genre, les lieux de vie, les classes sociales, les pratiques. Il est impossible d’avoir parfaitement de tout, mais il est certain que pour gagner en diversité et en inclusivité il faut y aller volontairement et l’indiquer comme un objectif.
1.6. En tant que personne qui porte un projet

Avoir quelques bases en psychologie pour communiquer avec les autres. Examiner les propositions d’ajout Accepter que d’autres personnes puissent être critique sur ce que l’on souhaite apporter, distinguer des reproches à notre personne par rapport aux critiques constructives au travail que l’on réalise. savoir prendre du recul et accepter le renoncement, apprendre à être plus flexible dans la mise en oeuvre, apprendre à déléguer. Reconnaître la valeur du temps des autres.
1.7. Soutenir moralement

Identifier et corriger les impolitesses, les paroles coupées, les voix absentes. Reconnaître la qualité des choses réalisées, ne pas se concentrer uniquement sur ce qui ne va pas. Prendre soin des gens, prendre du temps pour améliorer leur qualité de vie à elles et eux.
1.8. Et financièrement

Vous pouvez faire un don ponctuel ou régulier, mais il y a beaucoup d’autres manières de faire des soutiens financiers. Ajouter un moyen de faire des dons pour d’autres personnes, aller chercher des financements, partager vos connaissances et votre réseau de personnes qui savent comment aller à la pêche aux subventions, aux galas de dons, à joindre les personnes qui pourraient spécifiquement être intéressés pour apporter leur support financier. Aider à remplir des papiers.
1.9. Soutien temporel

Dégager du temps de personnes se fait aussi en prenant une charge chronophage. Beaucoup de choses sont chronophages autour de l’organisation de rencontres. Partager des astuces autour de la gestion du temps et de la gestion de projet, dont la définition de priorités aidera grandement. Énormément de gens n’ont jamais eu le loisir de se demander comment elles pourraient gérer leur temps, personne ne leur a jamais laissé les moyens de le croire. On apelle ça le management néolibéral.
1.10. Perpétuer les connaissances

Faites de la capture audio, photo ou vidéo des moments où sont diffusées les connaissances, pour qu’elles vivent en dehors de ces moments. Sans oublier de prévenir les personnes et de ne le faire que si elles sont d’accord, en prévenant à l’avance de l’usage visé, en changeant d’angle pour ne pas voir tout le monde par exemple, en demadant à la personne exposant si elle est d’accord. Quand on veut protéger la vie privée et la confidentialité des communications il faut prendre tout un tas de précautions, surtout avec du matériel rempli de pisteurs en tout genre. Le low tech peut vous aider de ce côté là.
1.11. Communiquez avec plus de détails et de nuances qu’a votre habitude

Vous aurez bien moins de frictions liées à la communication si vous rejoignez un projet composé de personnes avec qui vous avez l’habitude de discuter et de gérer les désaccords. Si vous commencez à faire quelque chose dans votre coin, puis que vous l’apportez au projet et qu’il se trouve que votre contribution n’est pas intégrée et rejetée, vous allez vous sentir rejeté personnellement et serez très rapidement dégouté du principe d’apport d’aide. Mais il faut savoir que ce que l’on considère comme la solution à un besoin d’un projet sera très très TRÈS rarement bienvenue si vous n’en avez jamais parlé à qui que ce soit du groupe rattaché à ce projet. Il n’y a pas de secret, les projets étant faits par des humains, si vous souhaitez faire partie de l’aventure il faut que cela soit cohérent avec la direction que les personnes qui étaient là avant vous ont souhaité prendre. Les choses peuvent changer, mais ça ne se produit pas d’un claquement de doigt, et surtout pas parce que quelqu’un que l’on rencontre pour la première fois nous dit que c’est ainsi qu’il faut faire. Mettez vous à la place des autres, communiquer est une activité qui doit être bidirectionnelle. Sachez renoncer à des choses quand bien même vous auriez vraiment raison à vouloir que ce que vous souhaitiez faire soit fait ici et maintenant.
1.12. Ne craignez pas les conflits

Il est particulièrement sain de savoir gérer les conflits, ne pas le faire c’est marcher sur un fil. Tout le monde a le droit de ne pas être en désaccord, et il est courant de croire que les autres ont la même vision que nous sur un sujet sous prétexte qu’on le nomme avec les mêmes mots. Mais c’est totalement faux. Certaines personnes sont plus suceptibles que d’autres, ne sont à l’aise pour parler que en direct, ou que via du texte. Tout le monde peut avoir eu une mauvaise journée ou des circonstances dramatiques que vous ne connaissez pas. Prenez le temps de ne pas répondre immédiatement à des propos qui vous mettent hors de vous, rien de constructif ne peut sortir dans ces conditions. Ne débattez pas sérieusement face aux trolls, et ne laissez pas d’espace de tribune aux personnes qui ne sont pas là pour débattre mais juste pour étaler des idées inexcusables, excluantes, racistes, homophobes et autres joyeusetés qui ne sont pas juste dûes à un manque d’information mais à une réelle intention de nuire. Dans ce cas il vaut mieux savoir faire en sorte d’évacuer des projets ce genre de personne toxique qui n’est là que pour empoisonner tout ce que vous cherchez à construire. Aussi, il est primordial de savoir faire la différence entre la non capacité des autres à se remettre en question et sa propre incapacité à reconnaître que l’on s’est trompé sur un sujet. Reconnaissez que toutes les opinions ne sont pas égales, ou vous laisserez se faire et s’envisager des choses ayant déjà échoué milles fois dans le même contexte, vous avez sûrement mieux à faire que de gâcher votre motivation, votre temps, et l’ensemble des choses valorisées par les gens dans l’équipe. Corriger ses erreurs et reconnaître que l’on s’est trompé est une situation inconfortable, mais nécessaire. Il convient aussi de tolérer que tout le monde ne soit pas aussi calé que vous sur un sujet qui vous tient à coeur. Et encore, ce n’est pas parce qu’un sujet sucite en nous de vives émotions que l’on est réellement calé dessus. Adressez les divergences de points de vue, définissez des moyens pour que les gens ne se coupent pas la parole en désignant par exemple une personne qui donne la parole et intervient quand quelqu’un ne respecte pas le temps des autres.
1.13. Commencer petit

Mettez vous en situation de réussite en vous fixant un objectif assez petit pour que vous soyez certain que ça aboutisse. Sachez que les choses nécessitent toujours plus de boulot qu’on ne le croit, surtout quand il faut coordonner plusieurs personnes. Il peut être tentant de souhaiter se lancer dans l’organisation d’un évènement inspiré par une expérience qui vous aura particulièrement plu en une seule journée
1.14. N’inondez pas les gens avec mille informations d’un seul coup

C’est particulièrement le cas dans les projets de supports de communication papier, des personnes très instruites sur un thème ont envie de le faire connaître aux autres aussi bien qu’elles ont mis toute une vie à l’approfondir. L’apprentissage ne fonctionne pas comme ça, il n’y a que dans Matrix qu’on apprend le kung fu en quelques secondes. Être bon sur un sujet ne signifie absolument pas que l’on est bon pour aider les autres à devenir bon sur ce sujet, vous êtes prévenus. Beaucoup d’entre nous n’ont aucune compétence en graphisme, en référencement, en photographie, en oraison en public. Ces choses s’apprennent, être un enseignant qui permet aux gens de mieux connaître les choses que nous s’apprend aussi, et ce n’est pas une mince affaires
1.15. Mettez vous d’abord au niveau du grand public

Ne partez pas du principe que les nouvelles personnes qui s’intéressent au projet auquel vous participez sont techniquement hyper compétentes. Ne soyez pas cette personne qui part du principe que les femmes ne comprenent rien à la technique. Sachez corriger la façon dont vous parlez, mettez vous au niveau des gens, ne leur demandez pas d’apprendre tout de suite des choses complexes sans vous assurer que ces gens n’ont pas les fondamentaux. On ne monte pas sur une échelle en commençant par le barreau a deux mètres su sol. Identifiez les barrières, et faites en sorte de les réduire activement. Demandez aux autres de l’équipe de prendre en compte ce sujet. Faites des groupes de travail et faites en sorte que ce ne soit pas tout le temps les mêmes personnes dans tous les groupes.
1.16. Préservez vous

Un projet qui vous tient à coeur c’est un peu comme chez soi, sachez y faire du ménage et de la place pour les autres. Vous vous occuper de lutter contre un phénomène très grave, qui demande de l’urgence, c’est parfaitement exact. Ne vous faites pas cramer par votre lutte en quelques mois de contribution sous une pression monstrueuse. Ne soyez pas votre propre bourreau. Demandez vous comment faire plaisir aux autres, prenez l’information, faites un truc. Il y aura sans doute d’autres personnes pour vous soutenir dans cette action. Prenez le temps d’avoir d’autres choses dans votre vie, de ne rien faire d’urgent, de voir d’autres personnes, de refuser des choses.
1.17. Personne n’est parfait

Je suis parfaitement conscient que j’ai des progrès à faire dans bien des domaines, mais j’y travaille un peu tous les jours. Ne soyez pas trop exigeant avec vous même, soyez le encore moins avec les autres. Les concours de pureté militante n’ont jamais amené quoi que ce soit de bon.
1.18. Mettez du fun

Le fun c’est la vie. voilà. Cultivez l’informel autant que les temps formels, beacoup de choses se débloquent quand les gens se sentent suffisament bien avec les autres pour s’ouvrir. Faites des choses marrantes juste parce que c’est marrant, pas parce que c’est votre projeeeeeeeeeeet! Parlons justement du magazine Qzine (https://qzine.fr). C’est un livret de dessins qui parle d’éducation sexuelle, d’éducation au plaisir, au désir, des rapports humains, de la recherche scientifique autour de ça, le tout étant de montrer la face lumineuse du cul et de travailler l’auto dérision. On y explore aussi l’érotisme, les limites de nos envies et de nos connaissances, la lutte contre les tabous et les idées qui ne font de bien à personne, mais sous un angle souvent teinté d’humour et d’envies. Plutôt que de parler de drames homophobes on expose un récit montrant la satisfaction qu’il y a des expériences de découverte. On parle aussi de contraception et de MST mais c’est très loin derrière les tranches de vie de personnes super différentes et l’amour de la CULture avec un grand Q.

Au début j’ai rejoint l’équipe qui était constitué de deux femmes que j’avais connu sur un forum de dessin, puis d’autres personnes se sont intégrées à l’aventure. On a finit par être en moyenne deux tiers de femmes et un bon tiers de gens LGBT+, sans que ce soit toujours les mêmes gens à chaque numéro, certains ayant à peine fini le lycée, et d’autres la carte vermeil. On en sortait environ un par an pour une centaine de pages en couleur comportant des illustrations plus ou moins érotiques, avec un imaginaire de sous culture manga. On souhaitait que ça parle aux gens de notre génération née dans les années 80, mais que ça serve aussi aux ados qui débutent leur vie sexuelle, pour ça on arpente donc des lieux familiers de la culture des dessins animés japonais qu’on a connu étant ados. Car tout l’intérêt de ce qu’on raconte est qu’il soit connu assez tôt pour éviter bien des ennuis.

C’est en faisant ce fanzine, dans un monde peuplé principalement de femmes et de gens queer friendly que l’on a pu cultiver une richesse des points de vue représentés, et beaucoup de personnes que l’on a croisé en festival et en dehors de ces lieux nous ont exprimé à quel point c’était extraordinaire et que ça leur avait permis de comprendre beaucoup sur eux même et leur vécu, une vraie libération. Ce qui est toujours émouvant à recevoir comme retour, des années après qu’on n’intervienne plus dans les festivals.

Ces fanzines sont maintenant lisibles sur le site de qzine.fr sous licence Creative commons CC-BY, vous pouvez les télécharger en intégralité, ça permettra de les faire voir à plus de gens que ce qu’en ont permis les 200 tirages de chacun des 8 numéros.

En faisant ces fanzines j’ai pu rencontrer celle qui est devenue la mère de ma fille. Ce qui est quand même chouette. On avait commencé un numéro qui parlerait de ce qu’est la vie sexuelle de parents au moment où on a décidé fonder une famille. C’était il y a cinq ans et on ne sait pas quand est ce qu’on fera ce numéro ou si on le fera un jour. En attendant j’essaie d’insufler l’émerveillement du monde et l’envie de faire des choses à ma fille pour qu’elle vive dans un monde où elle aurait la main sur ce qu’elle souhaite faire, et qu’elle le fasse avec des ouils qui lui permettent d’être elle même durablement, des outils émancipateurs.
1.19. Pour terminer

Tout au long de votre parcours, il faudra aussi savoir se taire pour laisser la place aux autres. C’est ce que je cherche à faire en apprenant à ma fille de 5 ans comment faire des tas de choses variées et communiquer avec de belles phrases. C’est aussi ce que j’essaie de faire en vous invitant à vous demander comment améliorer l’inclusivité dans ce que vous défendez. C’est ainsi que je conclus pour vous laisser la parole, merci !

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies. Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.
Suivez moi sur Mastodon @tykayn@mastodon.cipherbliss.com.
Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!

person sitting on yellow gutter tying up his left boot's laces

Résoudre un échec de boot sur Acer Swift 7

Après avoir réinstallé mon système vers de la Debian 11 sur mon Acer Swift 7, l’ultraportable sans ventilos vachement chouette de 2015, j’ai fait face à un échec de boot.
Pour le résoudre il fallait sélectionner une option dans le firmware de démarrage accessible par la touche F2 (qu’on nomme BIOS par abus de language), dans la partie sécurité, définir comme source de confiance le chargeur de démarrage de grub dans l’installation de debian, sur le disque du HDD0.
La chose étonnante étant que la dernière fois que j’ai installé un système libre sur cet ordi je n’ai jamais eu à faire cette bidouille dans le firmware de boot.Et vouala, ça voulait enfin bien démarrer.

Sur d’autres ordi j’ai pu mettre Debian 11 sans avoir à faire cette bidouille, c’est donc un mystère complet.

 

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies.

Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.

Suivez moi sur Mastodon
@tykayn@mastodon.cipherbliss.com.

Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!

Programme pour une année 2022 moins pire

Woof, que de choses se sont passées cette année
Migration d’un système de gestion de projets depuis Getting Things Gnome vers des fichiers Orgmode dans Emacs, qui reste une chose compliquée et nécessitant de nombreux ajustements pour en avoir une utilisation efficace.
Plein de donations envoyées à des assos, ainsi que des créateurs et créatrices (comme Wikimedia, Archive.org, Gnupg, La quadrature du net, Nos Oignons, Framasoft, Openstreetmap, les voix du nucléaire, Le Réveilleur, Méta de choc…) pour un montant total d’environ 1500€ dans l’année passée.

Aucune donation reçue sur le compte liberapay de cipherbliss cette année comparée à l’année précédente. Si vous trouvez que les services déployés par mon entreprise et que ce que l’on fait ici vous est utile, je vous invite à nous faire un don par ici https://liberapay.com/cipherbliss. ça nous aide à payer les infrastructures (700€ par an pour mastodon, peertube, leurs backups et d’autres choses à venir) dégager d’avantage de temps à la modération des service, leur maintenance, la mise en place d’ateliers gratuits d’éducation populaire et l’amélioration de logiciels libres.

Le boulot, c’était pas évident durant 2020, mais au final ça a pu se faire à peu près normalement et à quasi 100% en télétravail, avec d’avantage de missions en direct avec le client, ce qui est mieux sur beaucoup de points quand on est freelance.
Alors que d’habitude des tas de boites me contactent régulièrement, même si j’affiche ne pas être disponible, c’était le calme plat pendant les premières périodes de confinement, soit les trois quarts de 2020.
2021 s’est déroulé un brin plus normalement de ce côté là.
Et la famille, bah ça se passe.
Les amis, on les voit un peu plus quand y’a pas moult contaminations de partout et moyens de santé publique défoncés. Donc pas hyper souvent non plus.
Et le turfu pour cette année?
Premièrement, réaliser au moins un café vie privée dans des petits patelins d’Essonne.

Le premier aura lieu le Samedi 22 Janvier, voilà son évènement mobilizon. ça causera gestionnaire de mot de passe et vie privée en général.
Puis sortir une version bêta pour Framadate funky, sous un nom à définir avec la DINUM.
Compléter mon wiki personnel, publier des tas de dessins et leurs sources numériques.
Faire davantage de vélo, voir un peu plus de monde. Et on sera déjà bien.

Et vous, que prévoyez vous de beau cette année?

Allez à tantôt!

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies.

Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.

Suivez moi sur Mastodon
@tykayn@mastodon.cipherbliss.com.

Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!

gens des collectifs discutant oklm autour du feu de camp à la fabrègue du Vigan

Vidéo du premier CHATONS Camp 2021


Voici un premier aperçu du camp CHATONS qui a eu lieu dans l’éco lieu du Vigan, nommé la fabrègue. On peut m’y voir faire mon atelier sur les backups qui durent mille ans, un prérequis pour fonder son propre CHATONS.

Je vous en dirai plus un peu plus tard mais c’était tellement chouette ces quelques 3 jours pour faire ensemble plein de choses, découvrir les initatives existantes pour se libérer des GAFAM et apprendre les uns des autres, le tout dans une ambiance super décontractée, avec un lieu incroyablement prometteur.

Voici quelques éléments en plus, vous en trouverez bien d’autres sur le forum des chatons. https://forum.chatons.org

Tout est disponible sous licence CC BY SA (Attribution Edouard Marchal).

https://forum.chatons.org/c/collectif/camp-chatons-2021/85

 

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies.

Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.

Suivez moi sur Mastodon
@tykayn@mastodon.cipherbliss.com.

Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!

Vider sa boite protonmail pour faire du zéro inbox

Protonmail, la fameuse boite email zéro connaissance de la part de l’hébergeur Suisse, développé à source ouverte depuis son origine et par des techos du CERN, permet de supprimer le contenu de pas mal de dossiers, mais pas de la boite de réception principale.

Pourquoi faire du zéro inbox? Parce que c’est vachement bien, et que nos boites email sont globalement des poubelles, et que gérer des projets ou des listes de tâches n’est absolument pas leur rôle. Archivez les emails qui vous tiennent à coeur ailleurs, et constatez comme vous n’en recevez que très peu souvent. Un peu comme les cartes postales.

Protonmail vous permet d’importer et d’exporter des fichiers .mbox si vous tenez vraiment à faire des archives. Vous pourrez les importer aussi dans thunderbird.

Une petite astuce consiste donc à lancer un script JS dans sa console de navigateur pour cocher la case sélectionnant toutes les conversations affichées, puis cliquer sur le bouton « mettre à la poubelle », et aller à la page suivante.

Voici le petit script à lancer.

const a = setInterval( function () { document.querySelector(« #idSelectAll »).click() ; document.querySelector(‘button[data-testid= »toolbar:movetotrash »]’).click() ; document.querySelector(‘button[data-testid= »toolbar:next-page »]’).click() }, 4000);

pour arrêter la boucle il suffit de lancer

clearInterval(a)

une fois que toutes les pages auront été vidées de leurs conversations on peut aller dans le dossier Corbeille, menu trois points en haut à droite, et « tout supprimer ».

Et voilà, près de 2 gigas d’emails supprimés.

Enfin, l’astuce pour avoir une boite mail propre, c’est de juste connaître le raccourci « T » pour mettre à la poubelle un email que l’on est en train de consulter. Et tada!

La force soit avec vous pour reprendre le contrôle de votre boite mail et vous libérer la tête.

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies.

Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.

Suivez moi sur Mastodon
@tykayn@mastodon.cipherbliss.com.

Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!

person holding AC receiver

Passage dans l’émission « Libre à vous ! » le 17 novembre 2020

Le 17 Novembre 2020 j’étais invité à l’Émission Libre à vous ! diffusée mardi 17 novembre 2020 sur radio Cause Commune. La même émission pour laquelle j’ai proposé un script pour extraire toutes les musiques libres mises à disposition par l’April.

J’ai donc été invité par Frédéric Couchet pour causer de ce que je fais dans le CHATONS de l’April que l’on peut trouver sur Chapril.org , comment j’y suis arrivé et quelles actions j’y mène pour faire la promotion d’une solution d’organisation d’évènements en ligne avec Mobilizon, et plus largement faire comprendre à tout un chacun les dangers des GAFAM, et comment s’en émanciper concrètement.

Voici le fichier audio que vous pouvez télécharger:

La transcription texte de l’émission est aussi disponible ici grâce au formidable boulot de l’équipe.

https://www.april.org/libre-a-vous-radio-cause-commune-transcription-de-l-emission-du-17-novembre-2020

Intervenant·e·s : Noémie Bergez – Élodie Déniel-Girodon – Fabrice Noël – Baptiste Lemoine – Jean-Christophe Becquet – Isabella Vanni – Frédéric Couchet – Étienne Gonnu à la régie
Lieu : Radio Cause Commune
Date : 17 novembre 2020
Durée : 1 h 30 min

Sommaire de l’émission:

J’ai été ravi de pouvoir m’exprimer dans cette émission et causer de mon parcours qui a débuté avant l’apparition d’internet dans les chaumières, de comment j’ai pu mixer l’aspect dessin collaboratif, fanzinat (Mangastyl, E-kaki, Paintchat, flood IRC, contrib Openstreetmap… rha zut j’ai oublié de parler de Qzine.fr), sorties de petite vadrouille, accompagnements divers à l’émancipation et l’éducation populaire comme je peux la pratiquer sur ce blog, en contribuant à divers projets en lien avec Framasoft et les CHATONS, ou avec des ateliers associatifs en direct avec des gens de tous les âges et tous les niveaux. Des choses qui seront bien plus faciles à pratiquer le jour où on pourra se réunir en live avec des gens.

En attendant on s’en sort en organisant des ateliers à distance, ou juste des prises de nouvelles informelles pour garder le contact, avec des solutions de chatons et du logiciel libre, tout en cherchant à ne pas prêcher du convaincu.

C’est une émission qui parait tous les Mardis, on peut en écouter un paquet depuis le temps que ça existe. J’avais déjà écouté quelques autres diffusions avant qu’on ne me propose d’y prêter ma voix. On y aborde des sujets à propos de féminisme, éducation, initiatives pour rendre aux femmes leur place dans les métiers de la technologie en général, cartographie, encyclopédie contributive, hackerspace, tiers lieux, bio hacking, projets montrant un autre aspect du monde comme dans la section des pépites libres, s’informer sur tout ce qui se fait de collaboratif, comprendre mieux les textes juridiques, s’informer découvrir la culture du monde, entendre des gens dont je vois passer les pseudos sur Mastodon ou dans des conférences d’évènements auquel j’ai pu me rendre. à chaque fois on découvre des choses interessantes. Mangez-en!!

Comme dirait l’autre, la route est longue mais la voie est libre!

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies.

Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.

Suivez moi sur Mastodon
@tykayn@mastodon.cipherbliss.com.

Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!

Notes de réunion et avancement de framadate

Prendre des notes à plusieurs pendant une réunion ça permet d’éviter quelques petites choses fâcheuses qui font que l’on a l’impression de perdre son temps. Voici donc quelques choses que vous pouvez faire avant de réunir les gens pour être sûr que ça soit utile.

Faire un document de rédaction partagé spécialement pour cette réunion. Mypads permet de grouper plusieurs pads pour les retrouver facilement.

Convenez de qui devra être présent pas trop longtemps à l’avance, aux alentours d’une semaine est une bonne période. Notez le rdv dans votre agenda.

Créez un pad, et ajoutez y l’ordre du jour, ce devra être le sujet principal de votre discussion.

Désignez quelqu’un, un animateur, qui veillera à ce que la réunion ne parte pas dans tous les sens, qu’on se concentre sur le sujet principal, que les temps de parole sont respectés, et qui identifiera les personnes qui ne souhaitent pas vraiment contribuer, voire qui empêchent le projet d’avancer.

Dans le même registre, il faut recueillir les indisponibilités prévues des gens. On ne peut pas tout prévoir, mais si on peut déjà prévoir des choses, c’est toujours ça de pris.

Identifier également les forces et faiblesses des intervenants, cela permettra de se rendre efficaces tout du long du projet.

Bien sûr une réunion est un moment de sociabilité, mais si ce n’est pas pour contribuer au projet qui nous intéresse il faut s’organiser d’autres rencontres, au risque de faire perdre leur temps à toutes les personnes qui sont venues là précisément pour contribuer à ce projet.

Voici ce que l’on a fait pour notre dernière réunion Framadate, basé sur un document de réunion vierge publié dans notre wiki:

un document sur codimd, qui permet de faire de la mise en forme html avancée avec du texte markdown:
https://demo.codimd.org/s/H1vixdeP8#

# Framadate suivi – Avril 2020

###### [](#tags-framadate-suivi)tags: `framadate` `suivi` > Participants à la réunion: ## [](#%C3%A9tat-des-lieux)État des lieux > Où on en est [https://framagit.org/framasoft/framadate/funky-framadate-front/-/boards](https://framagit.org/framasoft/framadate/funky-framadate-front/-/boards)

> Quel est le projet ? Quels sont les enjeux ?

> Quelles méthodes de travail ?

> Quel niveau de qualité ? standards et de bonnes pratiques ?

> Quelles priorités ?

* Cycle de vote à finir

> Qui veut faire quoi ?

## [](#notes-de-r%C3%A9union)Notes de réunion ## [](#trucs-%C3%A0-faire)Trucs à faire ## [](#d%C3%A9cisions-prises)Décisions prises ## [](#ressources)Ressources

* Discussion : [https://framateam.org/ux-framatrucs/channels/framadate](https://framateam.org/ux-framatrucs/channels/framadate) * Repo front/dev : [https://framagit.org/framasoft/framadate/funky-framadate-front/tree/dev](https://framagit.org/framasoft/framadate/funky-framadate-front/tree/dev)

* Repo back : [https://framagit.org/framasoft/framadate/framadate](https://framagit.org/framasoft/framadate/framadate) * Maquettes Zeplin : demander l’accès à maiwann

* La démo : [https://framadate-api.cipherbliss.com/](https://framadate-api.cipherbliss.com/)

* Vidéo de présentation : [https://nuage.maiwann.net/s/JRRHTR9D2akMAa7](https://nuage.maiwann.net/s/JRRHTR9D2akMAa7)

https://framagit.org/framasoft/framadate/funky-framadate-front/-/wikis/suivi/reunions/mod%C3%A8le-vide

Nous avons complété le wiki des projets framadate frontend Angular et framadate backend api symfony sur framagit d’après les infos notées dans ce pad collaboratif.

J’ai aussi fait une passe sur le tri et l’ajout de tags des tickets sur framagit. ça permet de discuter précisément de telle ou telle problématique sans polluer le canal de discussion général, de prioriser les avancements, et de savoir à quoi s’attaquer la prochaine fois qu’on a un peu de temps à consacrer.

Je réfléchis à faire en sorte que la doc et les tickets soient intégrés dans les sources du projet, de sorte qu’on ne dépende pas de gitlab pour suivre ces infos.

Bref, si vous en avez, faites aussi péter vos astuces!

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies. Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.
Suivez moi sur Mastodon @tykayn@mastodon.cipherbliss.com.
Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!

Refonte de Framadate avec API

Il était une fois Framadate, une petite histoire de télétravail hors pandémie de Covid-19. Comme beaucoup de boulots collaboratifs de logiciels libre, c’est une contribution faite à distance, par beaucoup de personnes dans le monde, sur leur temps libre. De quoi apprendre des choses utiles en ces temps où le télétravail semble être totalement nouveau, alors que pour beaucoup de contributeurs au libre, le travail de loin à plusieurs a toujours été l’unique façon de faire. Donc Framadate, installé sur framadate.org, c’est comme Doodle (qui est devenu très cher pour le commun des mortels), mais en mieux du point de vue éthique.

Qu’est-ce que c’est, Framadate?

C’est un petit logiciel que vous pouvez installer sur votre serveur afin de permettre à n’importe qui d’organiser des sondages pour se faire des rendez-vous (au lieu d’utiliser la technique moisie des échanges interminables d’email « moi je suis dispo tel jour » « ha moi non » « ah moi oui » « oui mais toi on s’en fout Bébert! » … pauvre Bébert!), sans que les gens que vous souhaitiez réunir n’aient besoin de s’sinscrire, de faire chauffer la carte bleue, ou de se faire pister par les GAFAM.

C’est un logiciel très utilisé, mais qui souffre de problème d’ergonomie énorme sur mobile. Comme beaucoup de projets libres, faits par des gens qui ne sont pas experts en User eXperience, design, accessibilité, traduction. Il était question de retaper son front end depuis un bout de temps, et Maiwann s’est lancé dans la réunion d’idées en 2018, a produit des design d’écrans en 2019, et fait un appel a discuter du truc avec le hashtag , depuis un post Mastodon en Aout 2019. Les maquettes étaient prêtes et n’attendaient qu’à être traduites en logiciel.

Nouvelle tête de framadate, maquettes sur Zeplin, cette version n’est pas encore en production:

Comment on fait pour contribuer à plusieurs à distance?

Avec d’autres gens recrutés de divers moyens avec des posts sur des forums et des médias sociaux de toutes sortes. Des gens répondent à l’appel, et c’est parti!

Communication interne

En premier lieu il faut savoir comment communiquer avec les autres contributeurs. , on a discuté du truc d’abord sur les réseaux sociaux et forums d’où ont été faits les appels. Quel moyen on devrait privilégier pour échanger tout le long du projet? Celui qui convient à le plus de gens motivés.

Riot, IRC, forum framacolibri, Wire, Mattermost, les possibilités sont nombreuses, mais c’est le Mattermost de Framasoft, Framateam, section UX & Libre, canal framadate qui a remporté le plus de votes. Grâce à mon gestionnaire de mots de passe, créer un compte avec un mot de passe réellement complexe (une centaine de caractères divers et variés) ne me fait pas peur. Mattermost ci propose en plus l’avantage de pouvoir se connecter via le Gitlab de Framasoft, Framagit, qui héberge tous les code sources des projets. C’est aussi un excellent moyen d’avoir plusieurs autres outils utiles à un projet logiciel: disposer d’un wiki, et d’un tableau de choses à faire avec les Issues, au sein desquelles on peut aussi discuter des détails.

Il a été convenu aussi qu’on allait donner des informations pour accueilir les nouveaux contributeurs dans la desciption du canal framateam nommé Framadate, et que l’on allait cantonner les discussions de dev dans un canal séparé pour ne pas faire fuir les gens normaux, sur : framadate-dev.

Quels sont les objectifs, par où puis-je commencer?

Il nous faut aussi savoir ce qu’on veut faire, pour savoir quelles compétences rechercher et comment indiquer aux gens qui le souhaitent comment ils peuvent aider le projet. C’est un gros travail de discussion et de communication. Certains ont l’habitude de faire ça en vrai, dans des ateliers de contribution où des gens de tous âges et de tout poil viennent discuter, sociabiliser, boire un coup, et des fois même, écrire, dessiner, coder des trucs.

Les maquettes sont prêtes, on peut les faire évoluer, on est prêts aussi à les confronter à la réalité.

Accueillir les gens est primordial

c’est sur nos premiers ressenti que l’on va décider si on a envie d’investir deux minutes dans un projet en ligne avec des gens que l’on ne connaît ni d’ève ni d’adam. Ensuite, comprendre qu’on a le droit de poser des questions et d’ignorer des choses, et qu’on peut aider sans avoir aucune compétence logicielle, ça fait un bien fou.

Pour savoir ce que l’on peut faire on a créé au début un pad collaboratif. Puis une fois qu’on a fait le ménage dans nos idées, on a mis ça dans le wiki du dépot gitlab.

Au début on a envisagé de ne retaper que le style. Puis en discutant avec des gens qui connaissaient bien le code existant, et en examinant d’un côté ce que ça nous prendrait comme temps de retaper ce qui existe, ou repartir de zéro avec un framework comme on a conclu qu’il valait mieux partir de zéro et utiliser quelques bibliothèques logicielles à assembler pour se concentrer sur le code métier.

Ensuite, ça se fait au fil de l’eau, l’important étant que chacun trouve son compte et soit prêt à faire des concessions pour avancer. oui moi aussi, c’est fou je sais.

Relancer régulièrement les motivés

Une fois les gens mobilisés, il faut identifier ce qui les bloque, car bien souvent on hésite à dire quand quelque chose ne va pas. Relancer fait partie du boulot pour bosser en équipe, même si on a pas du tout un statut d’animateur ou de manager officiel.

Un gros boulot de refacto pour bien séparer les concepts, les types, faire des modèles documentés dans le code ont été réalisés pendant le confinement de 2020. Quelques petites réunions vocales en équipe ont permis d’avancer sur les points les plus techniques. La bêta n’est pas encore sortie.

Mais vous pouvez déjà demander à l’API ce qu’elle fait, j’ai mis une version de démo sur framadate-api.cipherbliss.com/api/v1

voici le document qui liste la config au format JSON: https://framadate-api.cipherbliss.com/api/doc.json

Vous pouvez venir voir comment on avance sur les dépots framagit, et sur les canaux de discussion de Framateam, section UX & Design. Enjaillez!

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies. Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.
Suivez moi sur Mastodon @tykayn@mastodon.cipherbliss.com.
Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!

comment résourdre « bd_crypto_luks_open_blob called but not implemented »

Vous avez un disque chiffré avec LUKS, mais après avoir entré sa phrase de passe pour le déchiffrer, votre système ne se souvient plus comment le déchiffrer et vous affiche cette erreur « bd_crypto_luks_open_blob called, but not impolemented ». Il s’agit d’un paquet qui manque à l’appel dans votre gestionnaire de dépendances, il suffit de l’installer et de redémarrer le service de disque.

sudo apt install libblockdev-crypto2
systemctl restart udisks2.service

et voilà, vous pourrez déchiffrer vos disques LUKS à l’aise.

Si vous aimez ce que nous faisons à Cipher Bliss, vous pouvez nous soutenir de plusieurs façons: en faisant un micro don sur liberapay , ou en cryptomonnaies. Le plus simple nous pour nous faire connaître étant de partager cet article.
Suivez moi sur Mastodon @tykayn@mastodon.cipherbliss.com.
Ce site restera libre comme un gnou dans la nature et sans pubs, parce qu'on vous aime. Que la source soit avec vous!