Le tur-fu écologique des années 2000 est il réalité en 2017?

dans les années 90 on avait eu quelques prospectus au collège pour savoir de quoi seront fait les avancées des années 2000. Alors, et-ce qu’on est encore loin de cette liste au père noël?

Plastiques: On a pas encore mis en place de procédé de recyclage standardisé rien que sur l’échelle d’un département, les producteurs d’emballages plastiques ne sont pas contraints de n’utiliser que des matériaux recyclables et de contribuer à un effort collectif pour les recycler.

Conquête spatiale: on a de vrais plans tels que la big fucking rocket pour conquérir d’autres planètes, ou tout du moins la Lune et la planète Mars depuis que SpaceX a réussi à produire des fusées dont les lanceurs sont réutilisés, ce qui réduit énormément les coûts de fabrication. On plante un drapeau sur la lune en 1970, et en 2017 on a toujours pas de base lunaire alors que cela sécuriserait énormément la survie de notre espèce, rien que ça. ça vaudrait le coup de se bouger le cul de façon collective.

L’hibernation n’est prévue que pour les marmottes, on ne sait pas encore si on va les envoyer en orbite, mais pour près de 5000 € on peut s’envoyer en l’air et expérimenter l’impesanteur dans des avions zéro G.

Réalité augmentée: ça marche, et on fait quelques jeux vraiment bien foutus avec des lunettes toujours plus légères.

Ville verticale: y’en a qui ont essayé, désormais les constructions de lotissements neufs comportent des commerces au rez de chaussée et des parkings souterrains. Une nette avancée dans cette optique.

On a des projets de smart cities qui relèvent davantage de l’espionnage de masse légalisé plus que de systèmes facilitant la vie aux gens et de réseaux routiers ou autres qui s’adaptent aux usages.

Pour les pics de pollution dans paris: on s’en prend aux automobilistes les plus pauvres, (en les interdisant de circuler dans les zones restreintes) qui ne représentent pas la majorité des usagers des routes parisiennes sans imposer de normes aux entreprises du coin, et en encourageant la concentration des entreprises à un même endroit, ce qui ne peut qu’accroitre les problèmes de charges de transports en tout types, aussi bien en commun qu’individuels.

Stockage de l’eau: on a des réservoirs et les constructions d’habitations proposent des cuves à eau capable de réutiliser l’eau de pluie pour les utiliser dans les toilettes ou les machines vie un système de filtration, pour ne pas gaspiller de l’eau potable. Sinon pour stocker l’eau, y’a les tomates  qui sont en voie d’extinction, il parait que y’en avait près de 200 sortes en 1950, et aujourd’hui moins d’une dizaine.

Wala wala, y’a encore du boulot.