réparer l’ouverture de liens dans chrome

après l’upgrade vers ubuntu 16.04, j’avais un souci avec Google Chrome, quand je cliquais sur un lien censé s’ouvrir dans mon navigateur par défaut ça ouvrait une page blanche.

Pour réparer cela rien de plus facile, il suffit de bidouiller le mini fichier de config de chrome desktop pour votre utilisateur.

gedit $HOME/.local/share/applications/google-chrome.desktop

Trouvez la ligne:

 Exec=/opt/google/chrome/chrome

rajoutez à la fin un espace et un %U

Exec=/opt/google/chrome/chrome %U

Sauvez le fichier, et voilà, ça marche direct.

Solution trouvée grâce à stackExchange

du grand art avec gimp

 

C’est bientôt la saison des courges musquées.

la tentation était trop grande, je me devais de faire un superbe montage d’Elon Musk (vous savez, the raddest man evar qui a servi d’inspiration pour faire le personnage de Tony Stark aka Iron Man!) avec une courge. #retirezMoiPhotoshop

Justement, quand on a l’habitude de toshop on prend de haut GIMP tant il est ouvert tel Jean Claude Van Damme alors que pour le commun des mortels y’a pas besoin de cracker un logiciel ultra lourd et ultra cher pour faire des bidouilles viteuf. Bizarrement, peu de gens font de la retouche photo avec toshop, car c’est très inattendu et on aurait jamais deviné, pas même en connaissant son nom mais c’est son but premier.

Il existe d’ailleurs des config de gimp pour faire en sorte qu’il ressemble d’avantage à toshop, selon cet article de chez LifeHacker.

Perso, afficher quelques fenêtres ancrables, réassigner quelques raccourcis et zoup, je n’ai pas besoin de plus pour faire mes conneries.

ne vous dites pas programmeur

monkey job
monkey job

Dans son article Don’t call yourself a programmer, Patrick McKenzie donne des conseils de gestion de carrière pour toute personne exerçant dans le métier, en comparant les légendes scolaires et le marché de la vraie vie de Auchan où parler d’argent est une phobie et savoir négocier fait peur.

Voici quelques sujets abordés:

90% des boulots de programmation sont des programmes réservés à l’usage interne d’entreprises. Ils consistent principalement à faire des CRUD plus ou moins ennuyeux. Ne vous attendez donc pas à des challenges techniques à tout bout de champ.

Les ingénieurs sont embauchés pour apporter de la valeur à un business, soit en lui faisant gagner de l’argent soit en lui permettant d’en dépenser moins. pas pour programmer des trucs.

Ne vous appelez pas un programmeur. « programmeur » sonne comme « péon anonyme qui coûte cher pour taper du biduule-chose dans un autre bidule-chose « .

Vous n’êtes pas défini par la stack logicielle que vous connaissez. Les personnes qui ont besoin de vos services n’ont que faire du langage et des frameworks que vous utilisez du moment que vous améliorez leur business.

Vos collègues et supérieurs ne seront habituellement pas des amis, et en conséquence vous demanderont de faire des choses que jamais des amis ne vous demanderaient.

Vous surestimez radicalement le talent moyen dans la compétition à cause des personnes qui vous entourent professionnellement.

« Voir une annonce, envoyer un CV, aller à un entretien, recevoir une offre » est l’exception, pas la règle, pour obtenir un emploi.

Le réseau, ce n’est pas que pour les paquets TCP.

Les études supérieures ne sont pas représentatives du monde réel. (Comme dirait Coluche « le commissaire de l’armée il me dit: on ne vous apprend rien à l’école? j’y répond : ben non, mais si vous y aviez été vous le sauriez)

antoine daniel approuve

(PO PO POOOOOOO!!)

Combien gagnent les ingénieurs? Mauvaise question. La bonne question c’est « pour quels genres d’offres est ce que les ingénieurs travaillent-ils?« , car le salaire est un des nombreux leviers que les gens peuvent utiliser pour vous motiver. La réponse à cela, pas des plus utiles est, « les opportunités sont aux quatre coins de la rue ».

Les personnes douées en négociation gagnent plus que celles qui ne le sont pas.

Patrick ajoute que si il était un complotiste Marxiste, il dirait que c’est une construction sociale en faveur des entreprises afin de toujours gagner plus sur le dos de leurs employés en toute impunité. 😀

a marxist utopia
un t-shirt de marx dessiné par Zach Weiner

Comment devenir meilleur en négociation? (large sujet que Patrick développe dans plusieurs autres posts) En lisant des manuels sur le sujet, en améliorant ses compétences verbales, en écrivant, en croyant en ce que l’on a à offrir, en étant curieux. C’est une compétence qui vaut jusqu’à plusieurs (centaines de) milliers d’euros chaque année de toute votre vie.

Est ce que les startups sont géniales pour commencer votre carrière juste après les études? non. il vaut mieux commencer par des grosses entreprises qui vous permettront d’améliorer votre réseau sans faire peser sur votre dos tout le poids de la structure statup qui a 80% de chances de faire faillite dans les trois ans sans en avoir les avantages. Les startups peuvent être géniales, mais clairement pas pour commencer une carrière en sortant de l’école.

Votre compétence professionnelle la plus importante est la communication: Vous vous rappelez que les ingénieur-e-s ne sont pas embauchés pour créer des programmes mais pour créer de la valeur dans un business? La qualité dominante qui vous donne les boulots est votre habilité à donner aux gens la perception que vous allez créer cette valeur. Ce qui n’est pas nécessairement corollaire de votre habilité à créer de la valeur. Vous pouvez être un dieu du programme super efficace, si vous ne savez bien vendre vos idées personne ne voudra vous les acheter.

(L’auteur déplore d’ailleurs que les ingénieurs ont pour la plupart énormément de mal à tenir une simple conversation entre collègues tant ils ont des difficultés orales handicapantes. on tombe un peu dans un trope de mauvais film mettant en scène des informaticiens clichés, mais c’est vrai que c’est peu fréquent de croiser des gens très à l’aise en expression orale)

On vous appellera fréquemment pour faire le vendeur d’entreprise et d’autres trucs que vous cherchiez précisément à ne pas faire en étant ingénieur.

La modestie n’est pas un trait de caractère permettant d’améliorer votre carrière. Si vous avez contribué à quelque chose de bien pour votre carrière, ne vous en cachez pas, et ne réduisez pas l’importance de votre rôle.

Toutes les décisions de business sont faites au final par un ou une poignée d’organismes multi-cellulaires proches du chimpanzés, par par des règles ou des algorithmes. (à une vache près, il suffit de voir combien pèsent les algos de google dans le monde. ce que veut dire notre ami c’est que les décisions sont toujours politiques, mêmes quand elles n’en ont pas l’air ou qu’on vous dit que ça n’a rien de politique)

à la fin de la journée, la joie que vous ressentez dans votre vie n’est pas dominée par votre carrière. S’épanouir dans son boulot est important, mais par pitié ayez une vie en dehors de votre travail sans attendre que ça tombe du ciel.

changer l’éditeur de texte associé à git

J’utilise beaucoup Nano comme éditeur de texte en ligne de commande, certains fous furieux utilisent Vi ou Vim, mais vous pouvez être encore plus un hipster en utilisant carrément gedit sur votre bureau perso lorsque vous voulez faire une bidouille de message de commit ou un git rebase interactif sans vous embêter à retenir des raccourcis chelous pour déplacer des lignes ou faire des remplacements.

git config --global core.editor gedit

notez aussi que gedit peut faire de la mise en couleur de code avec plusieurs profils au choix (menu edition/préférence/couleurs) pour se faire moins éblouir à la longue, ce qui peut aider quand on passe plein de temps devant un écran.

la galaxie des fanzines


Je me suis essayé à la visualisation de données avec Gephi, un logiciel libre connu pour être le photoshop de la DataViz, tout en étant gratuit.

J’en ai profité d’avoir la main sur la base de données de fanzines de www.meluzine.org pour proposer des exportations en csv, un format de feuille de calcul ouverte (lisible avec Libre Office par exemple).
Après avoir suivi le rapide tour d’horizon de la doc officielle, j’ai rajouté une colonne Souce, et une colonne Target à l’export de la page de fanzines pour faire des liens entre les noms des associations et les titres des fanzines.
Quelques ajustements de couleur par propriété sur les liens, la taille des labels correspond aux séries de fanzines ayant plein de titres en commun avec les autres (donc en tête de file des titres de numéros de fanzines, le nom « 1 », puis le nom « 2 », puis « 3 », etc…)
Les liens entre les noeuds en vert représentent les fanzines toujours disponible, et en rouge ceux qui sont épuisés. Les tas de liens forment des petites galaxies rapprochées par des choses communes entre les fanzines, telles que leur prix et leur nombre de pages, non affichés pour ne pas alourdir la visualisation.
Cette infographie montre qu’il y a une bonne partie de rouge, surtout sur les séries extérieures.
Ce qu’on ne voit pas ici c’est que moins d’un pour cent des fanzines enregistrés sont sortis cette année. Et 9% sont sortis en 1991, première année de production du site.
Donc, si vous êtes un fanzineux, inscrivez vos productions en créant un compte sur www.meluzine.org 🙂
Enjoy!

ubuntu party 15.10

DSC09195Y’a pas longtemps j’ai découvert les Ubuntu Party de Paris.
C’est super sympa et convivial. J’étais étonné de voir que les install party pouvaient ameuter autant de gens, et surtout, pas seulement des mecs barbus. Justement y’a une grande diversité d’interessés par la culture du libre et ubuntu. La communauté est inclusive et c’est super cool!

notion_geek

J’ai bien aimé la conférence d’Androsème sur le sacré et le profane. Elle y réfléchit à la notion de geek, on y voit comment ce concept est exclusif des profanes, et ce qui se passe lorsque le profane essaie de toucher au sacré.
On y voit aussi comment le harcèlement en ligne est rendu possible via facebook et autres choses, mais que ça ne tient pas spécifiquement aux outils en ligne et qu’on retrouve ces comportements d’exclusion hors ligne.
https://twitter.com/androseme

harcelement_sacre_profane

La conférence interactive sur le projet Do Not Track d’Arte était super bien pour expliquer les enjeux de l’espionnage de masse légalisé, on y a vu qu’avoir des choses à cacher est parfaitement naturel et n’est pas réservé aux gens louches. Le suivi de toutes vos données vaut de l’or, vous devez vous protéger vous même ainsi que les personnes avec qui vous communiquez. Surtout que dans ces histoires de suivi vous n’avez pas autorité pour savoir ce qui est retenu contre vous, qui détient ces informations, pour combien de temps, ce qui en sera fait, et à fortiori dans les mains de qui elles tomberont par inadvertance.
vous ne manquerez pas d’en entendre parler dans les mois qui suivent.
https://donottrack-doc.com/fr/

internet_des_objets

Il y a eu aussi une conférence sur Mycroft, un projet ouvert d’intelligence artificielle ayant pour but d’être installée dans des objets. un projet qui a l’air vachement chouette, et compatible Arduino entre autre. de quoi fabriquer mille bidules utiles ou simplement pour le plaisir d’apprendre comment fonctionnent les choses.
https://github.com/MycroftAI/mycrof…internet_objets_mycroft

Donc wouala, ubuntu party ce sont des évènements à la cité des sciences de paris qui se produisent deux fois par an, pour chaque sortie de version d’ubuntu. en Octobre et en Avril. Vous pouvez y venir avec vos parents et leur faire essayer le système dans sa version la plus récente.
N’oubliez pas de faire une sauvegarde de vos fichiers sur un disque externe avant, par précaution 😉
Perso, ubuntu 15.10 installé sur mon vieux EeePC 1005HA a permis de lui redonner une certaine jeunesse, nickel pour faire du développement arduino sans se trimballer un gros ordi. Et surtout, il a une autonomie incroyable pour un ordi de 2009, on peut bien le laisser allumé 6 heures et bidouiller dessus sans avoir à le brancher.

suivez la communauté ubuntu-fr sur twouiteur :3
https://twitter.com/ubuntuparty

Retrouvez les vidéos des conférences ubuntu party sur le site officiel 🙂
http://media.ubuntu-paris.org/

exporter une visualisation de son schéma SQL

Vous voulez visualiser les relations entre vos tables SQL assez facilement? vous pouvez le faire avec phpmyadmin, ou en ligne de commande avec un dump de votre base (en exportant seulement le schéma, sans données)

 #! /bin/bash DBNAME = $1; FILENAME = $2; mysqldump $DBNAME $(mysql -D DBNAME -Bse "show tables like 'wp_%'") > FILENAME.sql

Vous pouvez utiliser SQLfairy sur votre dump de base pour en sortir un png.

 sudo apt-get install sqlfairy

 

sqlt-graph -f MySQL -o mydatabase.png -t png FILENAME.sql

astuce trouvée sur

ce post de nsaunders

Conversion de pdf en image et OCR

imagemagick permet de convertir des tas de fichiers en des tas d’autres. Il est fourni de base dans pas mal de distributions linux.
convertir un pdf en un jpg par page de 300dpi c’est aussi simple que ceci:
(dans un terminal, dans le dossier de votre fichier pdf, par exemple, mon dossier de Téléchargements)

convert -density 300 -quality 100 monFichierPDF.pdf mesFichiersJpg.jpg

et boum! aussitôt plopent dans le même dossier des jpg mesFichiersJpg (1).jpg pour chaque page.

 Trop magique.
l’option -density 300 donne une résolution de 300dpi.
l’option -quality 100 compresse la sortie au meilleur de sa qualité.

il faut nommer le fichier d’entrée et celui de sortie, j’aurai pu marquer mesFichiersJpg.png ça aurait fait des vrais png, mais ça supporte aussi des tas d’autres formats.

vous pouvez vous en faire un alias dans votre fichier ~/.bash_aliases

alias pdf2jpg='convert -density 300 -trim -quality 100'; 

ainsi vous pourrez lancer:

 pdf2jpg monpdf.pdf mesJpgs.jpg 

Et paf, ça fait des images de jolie qualité.

Le cube qui sait lire

Et donc voilà, il arrive aussi qu’on vous file un pdf contenant un contrat ou un texte (avec ou sans images) qui serait bien plus efficace en format texte pour y faire des recherches par exemple. vous avez bien entendu autre chose à faire de votre vie que de recopier tout le texte. aint nobody got time for that.

Il convient donc d'utiliser un soft qui sait faire de l'Optical Character Recognition, de la reconnaissance de caractères optiques.


Le Tesseract, ce n’est pas un cube produisant une énergie infinie au pays d’Iron Man, c’est un soft capable de lire des caractères dans une image et de pondre un texte en conséquence. Bien sûr il faut relire le texte ensuite pour corriger quelques typos, mais il fait déjà un boulot impressionnant.
installez le avec son extension pour le français avec apt-get: 

sudo apt-get install tesseract tesseract-ocr-fra 

Une fois que c’est fait revenons à nos animaux laineux.
Vous avez donc plein de fichiers jpg dans un dossier.
Dans un terminal, mettez vous dans le dossier en question.

 Nous allons donc faire une boucle sur tous les fichiers du dossier courant se terminant par jpg, les lire et en ressortir dans un fichier page_truc.txt pour chaque image.

a=0;
for i in $(ls -v *.jpg) ;
     do echo "$i page_${a}.txt" ; # on affiche ce qu'on fait
     tesseract $i page_${a}.txt ;
     let a=a+1 ;
done

l’option -l fra sert à dire qu’on traite un texte en français
et maintenant on concatène les sorties de chaque image en un seul fichier

cat page_* > all_pages.txt

astuce trouvée sur la doc ubuntu
enjoy!