Dédupliquer ses archives

rangez vos documents à archiver dans un seul dossier, admettons qu’il se nomme: mes-archives et se trouve dans votre dossier personnel.

créez un dossier trucs_a_ranger dans le dossier mes-archives

admettons que vous vouliez ranger vos musique, photos, livres qui sont actuellement en bordel dans le dossier « trucs_a_ranger« .

Créez un dossier pour chaque chose à ranger (photos, livres, musique) dans votre dossier « mes-archives » et déplacez (couper/coller) progressivement les éléments à leur bonne place dan les dossiers qui vont bien. Il est très probable que votre dossier pas rangé contienne des duplicatas.

installez fslint

sudo apt install fslint

dans un terminal, placez vous dans le dossier mes-archives et listez les duplicatas présents uniquement dans le dossier non rangé, dans un fichier texte créé pour l’occasion. Vous pourrez ensuite supprimer ces fichiers par script.

cd /home/$USER/mes-archives

/usr/share/fslint/fslint/findup |grep trucs_a_ranger > duplicates.txt

Vous pouvez compter le nombre de fichiers dupliqués avec un word count en ligne:

wc -l duplicates.txt

ce qui devrait vous donner quelque chose comme:

217 duplicates.txt

Vous pouvez vérifier que ces chemins de fichier listent unqiuement des fichiers se trouvant dans le dossier en vrac en ouvrant le fichier texte.

vous n’avez plus qu’a supprimer en masse ces duplicatas que vous avez déjà rangé dans les autres dossiers.

xargs -d ‘\n’ -a duplicates.txt rm

et voilà \o/


dépasser la barrière de la langue

de nombreux outils gagneraient à toucher un plus large public simplement s’ils étaient traduits. La barrière de la langue est un énorme rempart, infranchissable pour énormément de monde, et quand vous souhaitez qu’énormément de monde approche votre produit ou logiciel libre, il vaut mieux tout faire pour leur éviter de sauter des barrières.

J’ai donc récemment fait la promotion de la messagerie chiffrée Telegram, et je ne m’étais même pas rendu compte que leur site ne proposait pas de traduction en français. (le .fr est en vente si ça vous intéresse :D)

Des tas de gens ne comprendront pas que « settings » signifie « paramètres » et s’arrêteront à ce que propose un logiciel tel quel, en pestant qu’il ne propose pas telle ou telle fonctionnalité, sans même aller fouiller dans ses paramètres.

Et la plupart des logiciels et services en ligne privatifs (pas libres donc) ne proposent que peu de personnalisation, la plupart des gens seront donc terrorisés à l’idée de casser quelque chose en s’aventurant là dedans tant ils sont habituées à ce qu’un logiciel fasse une seule chose bien précise.

On imagine souvent que la traduction est un travail compliqué et chiant à mettre en place, mais détrompez vous, il existe des solutions pour faciliter la contribution à plusieurs sur des traductions. Le tout exportant des fichiers de traduction que vous n’avez qu’à mettre à jour sur votre projet.

Ubuntu propose un guide pour contribuer à la traduction du système en un nombre impressionnant de langues, via le service en ligne Launchpad. Ce n’est pas le seul moyen de faire, mais c’est super pratique. Les developpeurs importent les fichiers de traduction dans le projet, et les autres gens avec un compte peuvent proposer des traductions pour chaque chaîne. Le site vous montre l’avancement en temps réel pour chaque langue. Il ne reste plus qu’a envoyer les fichiers traduits dans le code source du logiciel / site. Et ça peut être fait de façon automatique.

Bitwarden par exemple, un gestionnaire de mot de passe auto hébergeable et libre, propose des traductions sur Crowdin pour ses extensions de navigateur mais pas encore de son interface web. ça va venir, je me suis donc inscrit en attendant que ça arrive.

Le seul comble de ces services que sont Launchpad ou Crowdin (qui a une interface davantage amicale) c’est que le site principal les présentant n’est disponible qu’en anglais. Enfin bon, quand on vient quelque part pour faire de la traduction ça ne doit pas être un problème j’imagine 😀

 

Avant de vous lancer dans la traduction internationale:

  • limitez la cible de traduction à seulement deux langues dans un premier temps: votre langue natale, et l’anglais pour l’international.
  • simplifiez les termes à traduire en supprimant les articles qui reviennent trop souvent (exemple « mon compte à moi, mes préférences à moi, mes machins à moi » ou bien « supprimer ce fichier, copier ce fichier, déplacer ce fichier », saurez vous trouver les répétitions à enlever ?)
  • levez les ambiguités en faisant examiner vos textes par des utilisateurs d’âges variés et en écoutant et notant leurs retours
  • supprimez les répétitions
  • consitituez une hiérarchie de titres et menus qui ait du sens
  • utilisez des termes simples le plus souvent possible

D’autres astuces pour gagner du temps sur les traductions:

  • Utiliser des icones au sens symbolique largement connu vous fera gagner un temps considérable. exemple: des engrenages pour les configurations, les préférences.
  • limiter l’effet cockpit d’avion avec un million de boutons partout affichés en même temps, en regroupant les choses de sorte que l’on sache dans quelle direction regarder quand on cherche une chose.
  • Avoir une charte graphique cohérente de couleurs, de hiérrchie et de typo, dans tout votre logiciel/site évoquant des idées pour les actions et notifications signifiant ces grandes catégories:
    • un signe montrant l’action conseillée
    • une chose n’étant qu’une information
    • un avertissement pour indiquer des précautions à prendre avant de faire quelque chose, ou pour indiquer les implications de l’action que l’on cherche à faire.
    • un signe de danger, pour les actions difficilement réversibles.

Wala, que la source soit avec vous!

 

se passer de google pour ses agendas

Google a un service pour gérer ses agendas en ligne très pratique, si ce n’est que c’est chez google et que vous auriez tout avantage à les héberger ailleurs, sur un service éthique du genre de Framagenda.org ou sur votre cloud auto-hébergé (ou votre raspberry pi), comme un nextcloud.
Exportez donc dans un zip vos agendas google sur ce lien:

https://calendar.google.com/calendar/exporticalzip
(ou dans cette page d’import/export, cliquez le bouton « exporter » )

Ensuite, pour les relier à votre téléphone, utilisez Davdroid pour votre plateforme. (par ici pour le store F-droid). il vous suffit de copier le lien de votre agenda hébergé.

un lien de partage d’agenda ressemble à ceci:

https://framagenda.org/remote.php/dav/calendars/madame_michu/personal/

pour plus de faciliter à copier coller vers un téléphone vous pouvez vous auto envoyer un email, ou un sms à vous même via Signal (si vous l’avez installé sur téléphone et votre ordi de bureau, ce que je vous conseille de faire pour remplacer votre appli de SMS de base qui est une passoire au niveau sécurité et vie privée).

Enjaillez la dégooglisation

Facebook est mort, vive Mastodon

Facebook a merdé avec le scandale de Cambridge Analytica, et maintenant beaucoup de gens sont au courant et fuient ladite plateforme en désactivant les logins via cette plateforme sur les autres sites, et on a vu apparaître un hastag nommé #deleteFacebook.

On peut d’ailleurs retracer une timeline de leur méfaits pour compléter l’article que j’avais traduit à propos de comment facebook choisit vos amis à votre place, peut deviner votre orientation sexuelle avec seulement 3 likes, vous censure sous directives politiques, conserve vos infos médicales, vous espionne, conserve les textes que vous effacez et n’envoyez pas dans une conversation Messenger, vous demande d’espionner vos proches, retient combien de fois vous avez été violé-e, vos historiques de déplacement, se met au milieu de tous vos échanges avec vos proches via Instagram, Messenger et WhatsApp qui lui appartiennent, fait des profils psychologiques pour vous manipuler (pas seulement avec de la pub) et vous pourrit dans la vraie vie. Voilà voilà. C’est pas bien propre tout ça et c’est avéré depuis des années.

Mais maintenant tout le monde est au courant et commence à voir que l’herbe est plus verte ailleurs.

Cliquer sur j’aime, pas certain que ça soit une bonne interaction sociale à tous les coups. illu par TyKayn

ça tombe bien, il existe le réseau social Mastodon et Telegram pour remplacer tout ça.

www.mamot.fr

Mastodon, enfin un réseau social ouvert, sans pub, auto-hébergeable, et qui communique avec toutes les instances du monde selon les règles que l’on choisit. C’est ça qui est beau avec l’open source, c’est qu’on peut le bidouiller.

Tout comme pour les e-mails on est pas obligés d’avoir tous un compte chez MachinMail pour envoyer des e-mails à d’autres gens qui auraient des comptes chez TrucMail et BiduleMail, on a des moyens de communiquer multi plateforme grâce à des protocles standardisés. Actuellement, les grands réseaux sociaux sont fermés et restrictifs, la révolution apportée par Mastodon est donc vraiment remarquable, en plus d’avoir déjà des millions d’utilisateurs et de rencontrer un franc succès.

C’est ainsi que de nombreuses instances ont été crées afin de permettre des safe-space LGBT+, des thématiques artistiques, et aussi des réseaux d’entreprise.

On peut donc avoir des réglages de visibilité des posts très fins, à cheval sur la sécurité, suivre des gens, publier des images, des photos, des vidéos, des liens, comme sur n’importe quel réseau social. Mais avec une limite de 500 caractères par post.

Et donc, si je vous recommande l’instance www.mamot.fr plutôt qu’une autre c’est parce que c’est une instance hébergée par La Quadrature du Net, une chouette asso qui lutte pour les libertés numériques à laquelle je fais des donations régulière. D’ailleurs en ce moment ils font une action collective contre les GAFAM que je vous invite à rejoindre sur gafam.laquadrature.net, parce que notre vie privée et nos libertés fondamentales ne sont pas à vendre.

 

 

logo de telegram.org

Remplacer Messenger et whatsapp par Telegram, une messagerie chiffrée de bout en bout, sans pub, et régie par des gens bien.

ça vaut le détour. Vous pourrez donc me retrouver sur ces plateformes en cherchant l’utilisateur « tykayn ».

La force soit avec vous!

 

Formation Angular pour faire un jeu dont vous êtes le héros

J’ai eu la joie de donner une formation Angular à mes collègues dont voici les slides.

Angular teacher game en pdf

Le but du jeu était de faire comprendre les notions de base d’Angular (version 2 et +) et de réaliser en live un projet de démo avec l’outil Angular CLI afin de prototyper rapidement un site et ses composants web, pour faire un jeu dont on est le héros. Le teacher Game des mathématiques from hell sur mon portfolio, reprenant les textes d’un célèbre article de l’excellent site www.nioutaik.fr

Le tout à partir de ce JSON que j’avais fourni: http://artlemoine.com/json/teacher_game.json

C’est l’occasion de voir l’injection de modules, la création de composants, de service, l’utilisation du TypeScript. Vous voilà armés pour faire de la ligne de commande. Philippe n’a qu’a bien se tenir!

 

 

Récupérer les infos de votre compteur Linky

Enedis, notre gestionnaire de réseau électrique en France, met à disposition du public une API JSON qui vous permettra de récupérer les infos de votre compteur Linky, afin d’avoir une idée de ce qu’il mesure.

https://espace-client-particuliers.enedis.fr/group/espace-particuliers

Ce système de compteur connecté a fait largement débat, ne serait-ce parce qu’il va générer un énorme gaspillage en remplaçant 35 millions de compteurs parfaitement fonctionnels (un par foyer, et non un par logement) qui ne seront très certainement pas recyclés.

ça et les problèmes d’atteinte à la vie privée, parce qu’on sait très bien que nos données numériques valent une fortune, et qu’il n’est pas bien compliqué de faire de l’analyse de signal pour repérer et décortiquer nos habitudes de consommation électriques et les relier à des habitudes pour créer des profils à cibler, comme le fait déjà nombre de réseaux sociaux sans honte aucune. Nos données échappent à notre contrôle par défaut. Et ça nous pourrit la vraie vie.

Enfin voilà, c’est l’occasion d’afficher sur une liseuse les infos de votre compteur en bidouillant du python. Formidable non? Vous allez pouvoir exploiter vous mêmes vos données et éventuellement repérer des anomalies, et réduire votre conso.

https://github.com/outadoc/linkindle/

il vous suffira de cloner le dépot, installer les dépendances python, définir deux variables d’environnement pour joindre l’API avec vos infos de compte fournies par Enedis, et hop, magie.

source: https://outadoc.fr/2016/12/linkindle-courbe-conso-electrique-sur-liseuse/

 

 

installer owncloud sur ubuntu server

Supposons que vous ayez accès en SSH à votre serveur ubuntu et que vous connaissiez son ip publique. On suppose aussi que vous avez installé mysql en définissant un mot de passe root.

utilisez l’installateur web en le téléchargeant via wget sur votre serveur dans un lieu controllé par apache2 afin de pouvoir y accéder via un navigateur:

cd /var/www/html
wget https://download.owncloud.com/download/community/setup-owncloud.php

Accédez à votre serveur par son ip publique ou son nom de domaine si vous en avez défini un, (genre http://moncloud.amoi.com/setup-owncloud.php ) et vous devriez voir apparaitre la page d’installation de votre serveur owncloud vous invitant à passer à l’étape suivante.

On devrait vous demander de créer un utilisateur administrateur de votre cloud perso, de lui définir un mot de passe.

Juste en dessous sur la même page, pour la création de base de donnée et d’utilisateur spécifique pour la connexion à cette base, fournissez votre utilisateur root de mysql.

Si tout se passe bien et que vous avez bien mis un droit d’écriture sur votre dossier hébergeant votre owncloud, l’installation devrait réussir et après une vingtaine de secondes vous amener sur la page d’accueil de votre utilisateur administrateur, vous proposant des tutos pour syncroniser vos fichiers en téléchargeant un client sur votre ordi perso ou votre mobile, syncroniser votre agenda, et vos contacts.

Après l’installation, suivez les instructions de sécurisation des accès à votre dossier owncloud sur cette doc officielle.

enjoyez!

Comment installer Domoticz sur un raspberry pi 2 ou 3

ça marche aussi bien sur les Raspberry pi 2 que 3:

raccordez votre Pi au net, puis

connectez vous en SSH, (n’oubilez pas de relier votre pi au réseau par câble LAN ou mot de passe) ou bien lancez un terminal:

sudo curl -L install.domoticz.com | bash

ce qui téléchargera le script d’install depuis domoticz.com puis l’éxecutera.

Suivez les instructions pour choisir le dossier où installer le tout, quels ports serviront à accéder à l’interface de gestion web de Domoticz et zou.

à la fin de l’istallation le script vous rapellera l’URL de réseau local en version http et https afin que vous vous y connectiez.

Accédez à l’interface de domoticz en vous connectant localement au port 8080 selon l’ip de votre pi, que vous pouvez trouver via ifconfig, ce qui vous donne par exemple ceci:

http://192.168.0.12:8080

Vous devriez donc y voir le tableau de bord sans aucun widget, donc presque comme ceci:

Enjoy!

 

comment facebook choisit vos amis à votre place

 

Vous vous rappelez quand on était gosse, et qu’entre frères on prenait le poing de l’autre et lui faisait se donner des coups tout seul, on lui disait « pourquoi tu te fais du mal? », puis on disait à notre mère que c’était de sa propre faute. c’est la même chose avec les règles de vie privée de Facebook.

On sait que facebook se torche le cul avec notre vie privée, on sait qu’il fait des trucs plus sales que ça encore mais on ne sait pas vraiment à quel point et en quoi ça nous concerne vraiment.

Salim Virani était un des premiers à pousser ses proches à l’adoption du réseau social le plus connu au monde, mais aujourd’hui il a réalisé un texte (lu plus d’un million de fois) pour expliquer à ses proches « pourquoi il a choisi de quitter facebook » et pourquoi chacun devrait considérer sérieusement cette idée, tout en étant bien conscient de ce que facebook se permet de faire avec les infos que chacun de nous lui donne sans être au courant. Je m’inspire de son post en Anglais pour vous en restituer les grandes lignes. Que fait donc de mal facebook?

Tout de suite, les réponses inspirées de son post, avec des sources souvent en Englishe, accompagné de mes remarques car si vous n’êtes ni anglophone ni développeur web beaucoup de ces choses vous seront inconnues.

En résumé:

  • Il lit le contenu de vos messages privés et les contenu des liens que vous vous transmettez en privé.
  • Facebook donne directement toutes ses données au programme d’espionnage des USA nommé PRISME, révélé par Edward Snowden.
  • Mark Zuckerberg n’a jamais caché son intention de contrôler les communications de toutes sortes en se plaçant au milieu de celles-ci.
  • Ils ont et continuent à créer de fausses recommandations de produits, de groupes, de partis politiques, de la part de vos amis – et ne vous le disent jamais.
  • FB contribue au contrôle politique en revendant vos données à des partis afin qu’ils sachent comment manipuler leur cible au mieux.
  • Lorsque vous voyez un bouton « j’aime » sur le web, Facebook est au courant que vous lisez cette page. Il scanne les mots clés sur cette page et les associe avec vous. Il sait combien de temps vous passez sur différents sites et différents sujets.
  • Ils ont ajouté des fonctionnalités qui permettent d’allumer le micro de votre smartphone  selon les changements de leurs configurations relatives à la vie privée, la surveillance audio a des chances de commencer sans que vous ne le sachiez.
  • Ils peuvent utiliser la reconnaissance faciale pour tracer le lieu où vous vous trouvez dans les photos, même dans celles qui ne sont pas sur facebook.
  • Ils se sont servis de campagnes de délation pour obtenir des amis d’une personne des informations à leur propos que ces personnes avaient choisi de garder privées (en ne les fournissant pas au site).
  • Vos contacts sans compte sur facebook sont malgré tout profilés à partir de vos infos, vos photos, votre carnet de contacts.
  • Ils s’autorisent le droit de suivre vos achats en ligne, ainsi que vos coordonnées bancaires, numéros de carte de crédit, ce qui constitue un danger majeur de fuite de données et d’usurpation d’identité. Ils ont déjà commencé à partager des données avec mastercard.
  • Il est enfantin de désanonymiser vos données lorsque l’on en dispose d’un nombre suffisant.
  • Ils utilisent l’immense montagne de données qu’ils ont sur vous, à partir de vos likes, des choses que vous lisez, des choses que vous écrivez mais ne postez pas, vos recherches, vos conditions médicales, pour faire des modèles très précis de qui vous êtes – même si vous prenez soin à garder ces infos secrètes. Il existe des techniques statistiques, utilisées dans le marketing pendant des décennies, capables de corréler des motifs entre le comportement d’une personne et ses attributs. Même si vous ne postez jamais rien, ils peuvent facilement deviner votre âge, votre genre, votre orientation sexuelle et vos convictions politiques. Lorsque vous postez, ils en trouvent d’avantage. Ensuite ils vendent ces données à des banques, des compagnies d’assurance, des gouvernements, et bien sûr, des annonceurs publicitaires.
  • Même si ces abus dans tous les sens vous conviennent, en utilisant ce service vous forcez tous vos amis à être abusés de la même sorte sans qu’ils aient le choix.
  • Les amis de vos amis ne sont pas forcément vos amis, et nous sommes à moins de 5 degrés de liaison de tout être humain sur la planète. (je connais Machin, qui connaît truc, qui connaît bidule, qui connaît Obama) ça veut dire aussi que vous connaissez potentiellement beaucoup de gens qui ne sont pas fréquentables, ne leur donnez pas le droit de décider pour vous à votre place.
  • Sans vie privée la notion de choix ou de liberté n’a aucun sens. Et nous ne sommes pas obligés de vivre dans un monde où un service choisit à notre place qui nous devons fréquenter ou ce qu’il est permis de dire.
  • ça vous dérangerait sans doute énormément que toutes vos communications orales ou écrites soient enregistrées, que votre courrier soit systématiquement lu et conservé à chaque arrêt qu’il fasse. C’est le cas sur facebook et whatsapp. Alors réfléchissez deux secondes à pourquoi ce qui est inacceptable en temps normal devrait être normal sur internet.

Notre héros, Salim, donne ensuite quelques pistes alternatives et dit qu’une fois son compte facebook supprimé il s’attendait à interagir avec moins de personnes vu que toutes ses connaissances ont un compte facebook et ne voient le monde qu’à travers celui ci, mais il s’est passé un truc incroyable: il a eu une vie sociale plus riche qu’avant.

Ses amis se sont mis à le contacter davantage, et donc lui aussi, à passer chez lui plus spontanément, bref généralement à avoir des échanges plus riches et pas seulement avec deux trois personnes aux idées et aux goûts similaires.

Mais je n’ai rien à cacher

Beaucoup de gens pensent qu’ils n’ont pas à s’inquiéter parce qu’ils ne font rien de mal, parce que ce ne sont pas des criminels, parce que ce sont des gens bien. Pourquoi est ce que je devrais m’inquiéter d’avoir des choses sur ma jeunesse ou des photos de moi enfant ? Qui est ce que ça peut bien intéresser?

Sauf que ça c’est vous qui le dites, mais ce n’est pas vous qui définissez ce que vous avez le droit de faire ou de dire, quand bien même vous seriez sénateur.

Nous avons tous quelque chose à cacher à quelqu’un:

nous ne nous balladons pas nus sans vêtements, vous avez forcément des choses dont vous ne souhaitez pas donner l’accès de près ou de loin à n’importe qui sans votre accord.

C’est pourquoi nous avons le secret professionel, (sans parler de brevets techniques, le simple fait que vous soyez en relation avec un avocat est une information qui doit rester confidentielle), nous avons des serrures à nos portes, des clés à nos voitures, des mots de passe à nos boîtes mail, des schémas pour déverouiller notre téléphone, des codes aux cartes bleues,  des secrets dont on discute avec notre meilleur-e ami-e uniquement, des conversations au téléphone que l’on ne souhaite pas partager avec l’intégralité de l’open space, des surprises que l’on aimerait faire, des grossesses dont on ne souhaite pas faire part à notre patron sans quoi on se ferait licencier, des choses que l’on ne dit pas parce qu’on est des gens polis. Vous trouverez une explication plus en détail sur jenairienacacher.fr

Ne confondons pas l’intimité avec le secret. Je sais ce que vous faites quand vous allez au toilettes, ce n’est pas un secret, mais c’est parce que nous avons besoin d’intimité que nous fermons la porte.

(extrait de pourquoi devrais-je m’inquiéter pour ma vie privée)

Notre vie privée est précieuse pour toutes ces raisons.

Un supermarché qui avait déterminé qu’une jeune femme était enceinte grâce à ses achats et avait envoyé un message de félicitations à son adresse, sauf qu’elle habitait chez ses parents, et que cette jeune femme ne souhaitait pas que ses parents soient au courant. Oops!

Une autre voulait préparer son mariage en secret de son conjoint et a commencé à retirer de grosses sommes de liquide. Elle a ainsi vu débarquer avec violence chez elle une équipe d’élite militaire qui la suspectait de préparer un attentat suite à ce changement soudain d’habitude de consommation. Oops!

Voudriez vous vraiment que votre boss ou futur boss soit au courant de vos projets d’enfantement?

Voudriez vous que tout le monde soit au courant que vous avez du mal à joindre les deux bouts à la fin du mois?

Si vous vendez votre logement, voudriez vous que vos acheteurs sachent qu’ils ont l’avantage sur vous parce que vous allez être à la rue si vous ne vendez pas dans la semaine qui vient ?

Pourquoi croyez vous que les journalistes protègent leurs informateurs?

Une information dans de mauvaises mains devient dangereuse, et présente une réelle question de vie ou de mort.

Alors que nous croyons que nous n’avons rien à cacher, nous passons tous par des situations où nous avons besoin de garder certaines choses cachées, au moins pendant un cetain temps. Mais nous abandonnons cela et pour quelle raison?

Extrait des Termes d’utilisation (pas de la police de vie privée, vous voyez la nuance?)

Vous nous donnez la permission d’utiliser votre nom, votre photo de profil, le contenu et l’information avec du contenu commercial, sponsorisé ou lié (tel qu’une marque que vous likez), distribué et amélioré par nos soins.

Et ensuite:

Par « information » nous entendons des faits et d’autres informations à votre propos, incluant des actions prises par des utilisateurs et des non-utilisateurs qui interagissent avec Facebook.

Donc cela inclut tout ce qu’ils collectent sur vous sans vous le dire.

Facebook est soumis au droit des USA, qui dans son article 12 des droits universels des humains énnoce:

« nul ne doit être sujet à l’interférence arbitraire avec sa vie privée, sa famille, sa demeure ou sa correspondance, ni être attaqué envers son honneur et sa réputation »

Nous avons le droit d’avoir notre mot à dire quant à la façon dont l’information nous concernant est utilisée. Mais en utilisant Facebook, nous l’abandonnons volontairement. Pas seulement nous même, mais également nos amis et notre famille!

Je suis certain que vous avez déjà dit des choses sur un ton humouristique à des amis proches alors que ces mêms choses sur le même ton rendraient furieux d’autres de vos connaissances, qui ne comprendraient pas que vous puissiez plaisanter sur ce sujet, qui ne saisiraient pas le sarcasme, qui par exemple penserait que vous riez parce que vous êtes raciste, alors que vous vous moquez du discours et des racistes. Parce que vous avez une idée plus ou moins claire des opinions des personnes avec qui vous parlez, vous ne vous permettrez pas de dire les mêmes choses sans savoir comment ça sera interprêté.

Cette vidéo de GingerForce sur l’humour vous expliquera la nuance entre rire de quelque chose et rire avec quelqu’un, comme ça vous pourrez citer Desproges en comprenant le lien social qu’implique le rire et qu’il explique dans sa fameuse citation « on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui« .

Vous pourrez vous retrouver à faire de la prison pour une chose que vous avez mentionné en message privé à un de vos contacts il y a cinq ans, alors qu’a l’époque ce n’était pas illégal. La conservation de longue durée de vos infos privées présente des dérives sérieuses. Vous pourriez vous retrouver coupable d’apprécier d’écouter métal ou du rap, ou de porter un sweat à capuche le jour où quelqu’un au pouvoir décidera que c’est un délit. Vous pourriez voir le SWAT défoncer la porte de votre appartement (et vous péter les rotules avant de vous poser les questions) pour une blague que vous avez écrit ou dessiné, ou tout simplement parce que vous exprimez une opinion que vous n’avez pas le droit d’exprimer parce que votre gouvernement a décidé que la liberté d’expression est une chose dégoutante. Ce genre de dérives est arrivé en 2016 suite à la mise en place de l’état d’urgence, un journaliste s’est fait battre par une équipe de police devant sa famille parce qu’il faisait des recherches sur les attentats.

Les policiers sont humains et donc soumis à l’erreur, ne leur donnez pas plus d’occasion de faire des erreurs.

Espionnage de tout

En stockant l’historique de votre position par GPS, wifi, antenne de votre téléphone, box internet, facebook espionne vos moindres mouvements et détermine quand vous êtes malade, avec qui vous couchez, quand vous recherchez un job, etc.

Facebook-ternet

Facebook n’a pas été créé pour votre bien être et faciliter vos relations amicales, mais bien pour faire du pognon. Et pour ce faire, il va utiliser tous les moyens les plus insidieux afin de trancher dans ce que publient vos amis afin de vous faire passer le plus de temps possible sur le site, pour que vous fournissiez une quantité astronomique d’informations personnelles à revendre. Et ces infos revenues vous font du tort dans la vraie vie.

Toute l’interface et le fonctionnement de notifications de facebook sont faites pour que vous passiez un maximum de temps dessus et que vous ne puissiez faire autrement pour communiquer avec vos amis et vous informer sur le monde. Pour de nombreuses personnes, facebook EST internet, il n’y a rien d’autre à voir dans le web. Vous vous rappellez des portails captifs d’MSN, d’AOL et Yahoo? Ces sites vous proposent un immense tableau de bord ultra bordelique censé vous présenter tout ce qu’il se passe dans le monde sans que vous ayez à aller ailleurs. C’est un portail sur le web, mais peu importe ce que vous cliquez, vous restez sur le même site, vous êtes captif. Le premier réseau social au monde se comporte de façon à ce qu’il soit votre unique point d’entrée sur le monde en vous enfermant dans une bulle qui fera tout pour que vous ne corrigiez jamais vos erreurs. Mais rassurez vous, vous y avez consenti de votre plein gré, donc ça va non?

Qui ne bouge pas consent

Parce que ça vous a sans doute échappé, mais maintenant, le simple fait que vous avez un compte dessus signifie que vous êtes d’accord avec tout et n’importe quel changement dans leurs règlements, sans que vous ayez à cliquer sur « j’accepte » pour dire que vous êtes d’accord ou pas. Votre avis ne compte pas s’il ne permet pas de se faire de l’argent sur votre dos.

Pareil pour les options, au fur et à mesure du temps les paramètres pour désactiver certaines fonctionnalités ou gérer la portée de vos publications a été pensée pour être toujours plus ouverte au public, plus complexe à configurer et cachée toujours plus loin dans les options. Et quand vous les trouvez, et que vous les désactivez, certaines se réactivent toute seules régulièrement sans vous le dire, à dessin.

Pensez par exemple à l’ordre d’apparition des infos dans votre flux d’actu, vous voulez voir les dernières news? pas de bol, demain ça reviendra par défaut « à la une ». Vous ne verrez jamais l’intégralité des posts de tous vos amis, ça n’a pas d’intérêt pour le business des annonceurs de facebook.

Facebook et Watsapp ne sont pas là pour faire œuvre de charité, mais pour s’immiscer au maximum dans votre vie privée, tronquer vos relations de façon à ce que vous passiez le maximum de temps sur leur site et dans leur appli mobile, en mettant en avant les publications des personnes les plus susceptibles de vous faire réagir, ce qui fonctionne particulièrement bien concernant les contenus qui peuvent vous énerver, ou vous dissuader de remettre en question le fait que ce site soit votre principale source d’information. Ainsi, vous produisiez un maximum de données pour les compiler et les revendre au plus offrant sans que vous ne sachiez jamais de quelles données il s’agit ni combien de temps ces tierces personnes sont aptes à les conserver.

ça n’a pas l’air bien méchant comme ça, puis vous vous doutez bien que si c’est gratuit c’est que c’est vous le produit, alors pourquoi est ce qu’on devrait s’inquiéter de la place que prend facebook dans nos relations?

Parce que ça dépasse largement l’usage que vous pouvez avoir de ce site ou de son application mobile.

Désolé, vous ne convenez pas à ce qu’on nous a vendu de vous

Les données collectées par facebook sont vendues à votre assureur, à votre banquier, et autant de fois qu’il le faudra à toute personne qui peut se faire de l’argent en en sachant davantage sur vous, quand bien même ces informations ne sont pas exactement représentatives de votre vie réelle et de vos goûts, ces infos serviront à vous refuser un emploi, un prêt ou à augmenter le prix de votre assurance sous prétexte que vous êtes une personne à risque ou ayant un lien avec des personnes à risque, peu importe ce que cela signifie. Dans tous les cas, ces informations seront conservées et utilisées contre vous.

Ces données permettent aussi de vous faire passer pour quelqu’un qui recommande une page, un service, une entreprise, peu importe si ces produits sont parfaitement inadéquats avec vos goûts ou convictions, tant qu’il est déterminé que si on montre votre photo à un de vos proches en particulier, il y a des chances que ce proche investisse du temps et de l’argent dans ce produit, ce sera fait.

Peu importe si vous êtes végan et que vous recommandez une marque de steak, si vous êtes contre la prolifération des armes et que vous recommandez une personalité en faisant la promotion, ou que vous avez 14 ans et que vous recommandez une boite de stip tease à votre mère. Ce sera fait sans jamais vous demander votre accord, puisque vous avez consenti par la simple existence de votre compte.

Censure politique

Ces données sont aussi vendues à des partis politiques, qui peuvent ensuite œuvrer une censure à grande échelle sur ce que vous postez. Il suffit de se mettre à deux ou trois pour signaler un post et le faire disparaître. C’est déjà pratiqué sur twitter depuis longtemps.

Sur le web, partout où vous voyez des boutons « like » de facebook ou tout autre widget de page ou de login via facebook, c’est une porte d’entrée au suivi de vos faits et gestes qui servent à savoir ce que vous lisez, combien de temps vous passez sur quel genre de site, afin de créer des profils hautement précis, pour toujours mieux vous manipuler. Vous et vos proches.

Au niveau application mobile c’est gratiné, vous avez sans doute remarqué qu’il vous était demandé des autorisations hallucinantes tant elles sont nombreuses. Facebook se réserve le droit de copier tout votre carnet d’adresse, de se servir de votre micro et enregistrer ce que vous faites comme bon lui semble sans avoir à vous demander votre consentement à chaque fois.

La firme de Mark Zuckerberg vous dira que ces infos sont anonymisées, mais il faut trois fois moins d’infos anonymes (méta données) pour vous identifier personnellement que de points sur une empreinte digitale pour vous reconnaître.

Vous avez compris le principe.

Comment se sortir de tout ce bouzin, récupérer et réellement supprimer les infos qu’a facebook sur nous ?

Comment sortir de Facebook et le remplacer

 

Selon le règlement de la FTC, il ya quelques années, après que Facebook a été poursuivi par le gouvernement américain pour ses pratiques en matière de confidentialité, Facebook est « tenu d’empêcher quiconque d’accéder au matériel d’un utilisateur plus de 30 jours après que l’utilisateur a supprimé son compte; « 
Il y a différentes interprétations de cela. Certains disent que vous devez supprimer chaque poste séparément, d’autres disent supprimer votre compte suffit, et certains disent qu’ils vont toujours garder vos données de toute façon – que tout ce que vous pouvez faire est d’arrêter de leur donner plus de données. Ensuite, il y a les courtiers de données avec qui FB collabore, qui ont maintenant nos données et eux ne vont pas s’en séparer.

Donc la suppression de votre compte Facebook (et non sa désactivation) est nécessaire pour arrêter cela, et puis il y a quelques autres étapes pour essayer de défaire les dommages:

Préparation (facultatif)

  1. Utiliser l’outil intégré de Facebook download my archive ( en haut à droite sur FB icone Paramètres ; Télécharger une copie de vos données Facebook en bas des Paramètres généraux de votre compte. bouton Créer mon archive. qui vous sera envoyé sur votre email principal)

Prenez vos photos. L’ Android « download facebook photo albums » est plus utile que l’outil de Facebook, qui lui ne vous donne pas toutes vos photos ou pas en pleine résolution. (Vous pouvez aussi récupérer votre liste d’amis – juste en faisant défiler vers le bas la liste pour charger tout le monde, et en cliquant le dossier -> Sauvez. )

Si vous voulez être très prudent et supprimer vos messages Facebook un par un faites le avec ce script qui se copie colle dans la console Javascript de votre navigateur. Cela est nécessaire au vu des interprétations de ce que Facebook est autorisé à garder.

Vous détagguer de toutes les photos.
Vous pouvez faire un backup de tout votre mur personnel.

Supprimer tous les liens avec vos amis Facebook.

Ensuite, il ya toutes les applications que vous avez utilisé, listées sur cette page. C’est l’une des meilleures failles de Facebook, car ils disent qu’ils ne peuvent pas contrôler ce que les applications font avec vos données une fois que vous leur donnez. Enregistrez donc la page des paramètres qui montre quelles applications vous avez utilisé sur votre disque dur, et supprimez l’accès à chacun d’eux manuellement. Chacune de ces applications ont leur propre politique de confidentialité – la plupart d’entre eux sont une cause perdue, réclamant des droits illimités à vos données, donc il faudra juste les supprimer et continuer.

Supprimer votre compte

 Supprimez votre compte Facebook Ne laissez pas Facebook vous tromper en le « désactivant » à la place.

Autres précautions

Facebook va toujours essayer de vous suivre avec un « profil furtif », mais cela peut être évité.

Pour empêcher Facebook (et d’autres) de suivre ce que j’ai lu sur le web, j’utilise Firefox avec la protection de suivi activée. (Voici comment. (Ils le font même si vous n’avez pas de compte Facebook)

Si vous n’utilisez pas Firefox, l’EFF dispose d’un plugin de navigateur appelé Privacy Badger. (Et pendant que vous y êtes, l’EFF a fait ce super plugin nommé HTTPS everywhere qui choisit automatiquement la connexion Web la plus sécurisée, ce qui rend plus difficile pour les entreprises Internet et autres de fouiner votre activité sur le Web.)

Puis il ya les données qui ont été divulguées aux courtiers de données. Vous pouvez demander à ce qu’elles soient supprimées.

Les alternatives réelles à Facebook

Dans sa mise à jour de 2017, Salim poursuit en expliquant qu’il s’attendait à utiliser tout autant Diaspora (que l’on peut utiliser avec framasphère.org si vous êtes francophones) mais c’est le téléphone avec des conversations plus intéressantes qui l’a remporté, ainsi que les échanges par e-mails. Tout le monde a un numéro de téléphone, on l’a déjà pour les personnes auquel on tient vraiment et on se dit qu’on avait oublié a quel point c’est pratique.

Notre héros recommande aussi Signal sur smartphone (android , iphone), pour faire des conversations groupées, partager des images, des liens, le tout chiffré et gratuit sans pistage.

« en vérité c’est mieux que Facebook, plus immédiat et personnel »

Après un mois il n’a ressenti aucun besoin de remplacer facebook.

Pour conclure, j’ai personnellement supprimé pas mal d’applications ( et ce qu’elles ont publié ) auxquelles j’avais donné accès via Facebook, j’ai désinstallé les applis de facebook de mon téléphone et je teste actuellement les alternatives avant de supprimer réellement mes contenus sur facebook, en vous invitant à en faire autant.

Rappelez-vous, ce n’est pas seulement à propos des choses techniques. En restant sur Facebook, vous leur accordez la permission de recueillir et d’utiliser des informations vous concernant, sans même que vous utilisiez leur site. Et en restant dessus, les données qu’ils recueillent sur vous s’évertuent à créer des modèles sur vos amis les plus proches et votre famille, même ceux qui ont opté pour vivre en dehors de leur filet.

L’Internet est gratuit et ouvert, mais cela ne signifie pas que nous acceptons d’être espionné


Enfin, le monde est plein de gens qui disent «ça n’arrivera jamais», et quand c’est le cas, ils passent à «il n’y a rien que nous puissions faire». L’Internet a été décentralisé pendant 50 ans, et est plein d’options, par sa conception, qui nous permettent de maintenir notre vie privée. Nous avons un mot à dire dans le monde dans lequel nous voulons vivre – si nous agissons nous-mêmes. De plus, nous pouvons aider tout le monde à comprendre, (pas seulement désinstaller les virus sur les ordis de nos proches quand on leur rend visite) et les aider à faire leurs propres choix plus informés.

 

in the cloud, you are owned