la détresse émotionnelle pour installer un programme

Quand vous avez l’habitude d’utiliser Windows, vous connaissez probablement la terrible angoisse que représente l’idée même d’installer un nouveau programme sur votre ordinateur.

Pourquoi c’est si stressant d’installer un programme sous windows?

De nombreux écrans piégés dans l’installateur à analyser minutieusement pour enlever tout programme néfaste qui serait installé à cause d’une case cochée par défaut que vous auriez omis de dédocher.

Des installateurs de programme qui vont s’amuser à aller chercher d’autres installateurs de programmes.

Des programmes qui se réinstallent tout seuls et changent vos préférences sans vous en avertir.

Des programmes incompatibles avec d’autres que vous auriez installé, et impossible à supprimer sans utiliser des techniques vaudou, voire nécessitant l’installation d’un autre programme pour les supprimer.

Pas de gestionnaire de dépendances pour aller piocher les bonnes versions et supprimer les paquets obsolètes ou orphelins.

Un registre windows avec plein de conneries inutiles dedans et aucun programme capable de le nettoyer par défaut.

Quel bordel.

Toutes ces raisons augmentent le cout émotionnel (qui n’a rien à voir avec la charge mentale) de l’installation d’un nouveau programme dans un environnement windows et découragent ses utilisateurs de s’approprier leur ordinateur. Il faut avoir tout cela en tête lorsque l’on souhaite faire utiliser de meilleures solutions à des utilisateurs captifs.

Enfin, depuis que tout le monde souhaite installer Firefox au lieu d’Internet Explorer, ou Libre Office au lieu de MS office, il semblerait qu’un autre monde soit possible.

Y’a bien Charlie qui a sorti sa Chocolatery (uniquement en englishe bordel!) pour windows, un vrai gestionnaire de dépendances capable d’installer un programme en deux deux.

Mais pour cela, il faudra d’abord… l’installer.

dépasser la barrière de la langue

de nombreux outils gagneraient à toucher un plus large public simplement s’ils étaient traduits. La barrière de la langue est un énorme rempart, infranchissable pour énormément de monde, et quand vous souhaitez qu’énormément de monde approche votre produit ou logiciel libre, il vaut mieux tout faire pour leur éviter de sauter des barrières.

J’ai donc récemment fait la promotion de la messagerie chiffrée Telegram, et je ne m’étais même pas rendu compte que leur site ne proposait pas de traduction en français. (le .fr est en vente si ça vous intéresse :D)

Des tas de gens ne comprendront pas que « settings » signifie « paramètres » et s’arrêteront à ce que propose un logiciel tel quel, en pestant qu’il ne propose pas telle ou telle fonctionnalité, sans même aller fouiller dans ses paramètres.

Et la plupart des logiciels et services en ligne privatifs (pas libres donc) ne proposent que peu de personnalisation, la plupart des gens seront donc terrorisés à l’idée de casser quelque chose en s’aventurant là dedans tant ils sont habituées à ce qu’un logiciel fasse une seule chose bien précise.

On imagine souvent que la traduction est un travail compliqué et chiant à mettre en place, mais détrompez vous, il existe des solutions pour faciliter la contribution à plusieurs sur des traductions. Le tout exportant des fichiers de traduction que vous n’avez qu’à mettre à jour sur votre projet.

Ubuntu propose un guide pour contribuer à la traduction du système en un nombre impressionnant de langues, via le service en ligne Launchpad. Ce n’est pas le seul moyen de faire, mais c’est super pratique. Les developpeurs importent les fichiers de traduction dans le projet, et les autres gens avec un compte peuvent proposer des traductions pour chaque chaîne. Le site vous montre l’avancement en temps réel pour chaque langue. Il ne reste plus qu’a envoyer les fichiers traduits dans le code source du logiciel / site. Et ça peut être fait de façon automatique.

Bitwarden par exemple, un gestionnaire de mot de passe auto hébergeable et libre, propose des traductions sur Crowdin pour ses extensions de navigateur mais pas encore de son interface web. ça va venir, je me suis donc inscrit en attendant que ça arrive.

Le seul comble de ces services que sont Launchpad ou Crowdin (qui a une interface davantage amicale) c’est que le site principal les présentant n’est disponible qu’en anglais. Enfin bon, quand on vient quelque part pour faire de la traduction ça ne doit pas être un problème j’imagine 😀

 

Avant de vous lancer dans la traduction internationale:

  • limitez la cible de traduction à seulement deux langues dans un premier temps: votre langue natale, et l’anglais pour l’international.
  • simplifiez les termes à traduire en supprimant les articles qui reviennent trop souvent (exemple « mon compte à moi, mes préférences à moi, mes machins à moi » ou bien « supprimer ce fichier, copier ce fichier, déplacer ce fichier », saurez vous trouver les répétitions à enlever ?)
  • levez les ambiguités en faisant examiner vos textes par des utilisateurs d’âges variés et en écoutant et notant leurs retours
  • supprimez les répétitions
  • consitituez une hiérarchie de titres et menus qui ait du sens
  • utilisez des termes simples le plus souvent possible

D’autres astuces pour gagner du temps sur les traductions:

  • Utiliser des icones au sens symbolique largement connu vous fera gagner un temps considérable. exemple: des engrenages pour les configurations, les préférences.
  • limiter l’effet cockpit d’avion avec un million de boutons partout affichés en même temps, en regroupant les choses de sorte que l’on sache dans quelle direction regarder quand on cherche une chose.
  • Avoir une charte graphique cohérente de couleurs, de hiérrchie et de typo, dans tout votre logiciel/site évoquant des idées pour les actions et notifications signifiant ces grandes catégories:
    • un signe montrant l’action conseillée
    • une chose n’étant qu’une information
    • un avertissement pour indiquer des précautions à prendre avant de faire quelque chose, ou pour indiquer les implications de l’action que l’on cherche à faire.
    • un signe de danger, pour les actions difficilement réversibles.

Wala, que la source soit avec vous!

 

se passer de google pour ses agendas

Google a un service pour gérer ses agendas en ligne très pratique, si ce n’est que c’est chez google et que vous auriez tout avantage à les héberger ailleurs, sur un service éthique du genre de Framagenda.org ou sur votre cloud auto-hébergé (ou votre raspberry pi), comme un nextcloud.
Exportez donc dans un zip vos agendas google sur ce lien:

https://calendar.google.com/calendar/exporticalzip
(ou dans cette page d’import/export, cliquez le bouton « exporter » )

Ensuite, pour les relier à votre téléphone, utilisez Davdroid pour votre plateforme. (par ici pour le store F-droid). il vous suffit de copier le lien de votre agenda hébergé.

un lien de partage d’agenda ressemble à ceci:

https://framagenda.org/remote.php/dav/calendars/madame_michu/personal/

pour plus de faciliter à copier coller vers un téléphone vous pouvez vous auto envoyer un email, ou un sms à vous même via Signal (si vous l’avez installé sur téléphone et votre ordi de bureau, ce que je vous conseille de faire pour remplacer votre appli de SMS de base qui est une passoire au niveau sécurité et vie privée).

Enjaillez la dégooglisation

l’humilitié dans l’ignorance

Au cours d’un entretien d’embauche il y a des chances que la personne qui vous recrute vous demande des choses très pointues dans l’espoir que vous lui répondez que vous ne savez pas de ce dont il s’agit.

Pourquoi cela? Pour s’assurer que vous n’allez pas partir à faire n’importe quoi au lieu de demander de l’aide pour un problème que quelqu’un d’autre aura déjà résolu dans l’équipe. pour voir si vous êtes prompt à l’enfumage quand vous ne savez pas quelque chose, tel un obscurantiste parlant couramment la langue de bois. Mais c’est aussi pour montrer votre humilité, non seulement face à l’ignorance, mais aussi vis-à-vis de la hiérarchie qui vous surplombe.

Dans le roman dystopique 1984 de Georges Orwell, notre héros se retrouve à un moment dans une fâcheuse posture où il se retrouve torturé par l’incarnation même du régime totalitaire qui a toute puissance dans cette Angleterre de fiction.

Notre héros ignore en partie comment il est torturé, et son bourreau lui pose une question très simple en lui montrant sa main « combien voyez vous de doigts ». Notre héros lui dit un nombre, qui n’est pas la bonne réponse. alors il se prend un coup de jus. Il dit alors un autre nombre. Encore raté, encore un coup de jus. Puis il finit par crier qu’il ne sait pas combien il y a de doigts en face de lui. Et ne pas savoir, c’est la bonne réponse qu’attendait le bourreau. C’est un des piliers du pouvoir en place:

la guerre, c’est la paix.

la liberté, c’est l’esclavage.

l’ignorance, c’est la force.

Saviez vous que la pub sur le net vous coûte de l’argent?

DuckDuckGo est un moteur de recherche dont la ligne de conduite est « nous ne vous pistons pas », et voici une des raisons pour lesquelles vous devriez sérieusement ne pas vouloir être pisté en ligne par des publicités: parce que cela va vous coûter plus cher, toute votre vie durant.

Des commerçants utilisent de plus en plus des prix « personnalisés » ou « dynamiques » basés sur votre empreinte numérique. Ils manipulent les prix, en tentant de vous faire payer le plus possible de ce qu’ils imaginent comme étant votre seuil d’acceptabilité maximum. Vous pouvez être assis juste à côté d’une autre personne, en train de regarder exactement la même page produit, et avoir un prix plus élevé juse parce que vous avez visité certains sites différents avant.

Vous avez probablement déjà rencontré ce cas de figure dans l’industrie aéronautique. Vous pouvez remercier le logiciel Google ITA QPX qui a fermé le 10 Avril 2018; qui fournit des solutions aux compagnies d’avion pour déterminer des prix « par segment de marché, point de vente canal, et également utilisateur ».

Ce profit provient directement de vos poches car il a été décidé que vous alliez vouloir payer davantage pour votre vol selon votre pistage en ligne.

Le pire, c’est que cette technique de pistage est utilisé depuis très longtemps dans d’autres industries. Le Wall Street Journal témoignait d’une étude sur ce sujet déjà en 2012.

Et la tendance des prix dynamiques basés sur la surveillance de votre activité en ligne ne fait que devenir toujours plus agressive comme en témoigne cet article du Guardian.

By collecting data on how desperate we are to buy and how much we can afford to pay, companies are finding sophisticated new ways to squeeze extra cash from unwitting shoppers

Pubpub de Téléchat, premier rebelle contre la publicité à la télé, au cœur de la tourmente.

Supprimer les cookies de votre navigateur évitera ce genre de désagrément. Empêcher le pistage avec une extension telle que ublock origin et privacy badger, (installables également sur Firefox en version mobile) ainsi qu’utiliser un moteur de recherche qui ne vous piste pas comme DuckDuckGo ou Qwant (cocorico!) vous fera manifestement gagner du pouvoir d’achat. en plus de bénéficier d’un regain de votre vie privée.

Vous n’avez rien à cacher, à part votre vie privée

Je me souviens quand internet est arrivé dans les chaumières, au début les parents donnaient un discours dans ce style à leurs enfants:

« fais attention à qui tu parles sur internet, méfie toi des sites que tu visites, et ne mets pas n’importe quelle photo en ligne »

Aujourd’hui c’est très différent, quand on apprend qu’il s’est mis en place une surveillance généralisée des honnêtes gens, on s’imagine souvent qu’on a rien à cacher et qu’il est normal de surveiller les gens parce que « y’en a qui sont pas bien gentils ».

Cependant, avez vous remarqué que ce n’est pas vous qui décidez qui doit être surveillé ou non et que par conséquent vous pouvez en faire les frais alors que vous ne faites rien de mal?

Si vous n’avez « rien à cacher » je vous invite à me confier vos codes de carte bleue, vos mots de passe, votre téléphone, le double des clés de chez vous, le double de vos clés de voiture, à m’informer de l’intégralité de vos déplacements, de ce que vous écrivez, dites, prenez en photo… je les garderai en lieu sûr pour votre sécurité.

Non ça ne vous tente pas ? Et si une vingtaine d’entreprises différentes faisait ceci sans vous demander votre avis toutes les minutes, 24/7, en prenant le droit de recouper ces infos avec des choses que vous avez faites et dites rétroactivement, est ce que vous ne trouveriez pas ça dangereux?

Je vous invite fortement à zieuter ce petit documentaire « Nothing to hide » sous titré en Français, qui explique très bien en plusieurs parties les enjeux qui se cachent derrière cette propagande moderne du « rien à cacher ».

Avancer que vous n’avez que faire de votre vie privée parce que vous n’avez rien à cacher est comme dire que vous n’avez que faire de la liberté d’expression parce que là vous n’avez rien à dire.

La vie privée ne concerne pas quelque chose à cacher, mais quelque chose à protéger.

La vie privée est le fondement de tous les autres droits. C’est votre droit à être vous même.

Edward Snowden

Vous comprendrez mieux ce qu’est la vie privée, l’intimité que l’on doit préserver, la liberté de s’informer, le droit à l’erreur, être soi même, entreprendre des choses que l’on a jamais essayé, les erreurs du big data. Vous saisirez en profondeur les travers et des dommages bien réels dont découlent la surveillance de masse, les abus facilités, le contrôle social, et ce que l’on peut faire contre. Car heureusement, nous sommes nombreux à trouver que tout ceci n’est pas normal, et nous pouvons agir chaucn, afin de nous protéger mais aussi de protéger TOUTES les personnes auquelles on tient.

Tout au long du film nous suivrons aussi monsieur X, qui a joué le jeu avec deux ingénieurs en analyse de données, d’installer des mouchards sur son ordi et son téléphone pendant un mois en analysant uniquement les métadonnées afin de montrer toutes les informations que l’on peut obtenir d’une surveillance continue. étonnamment, les infos recueillies sur un seul téléphone et ordinateur permettent de tirer des analyses de dizaines de personnes à la fois.

Peut être aurez vous une autre perspective de la chose, la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un vous dire qu’il n’a rien à cacher. Si vous avez encore le droit de croire que les choses ne sont pas aussi simples.

Une caisse en ligne pour les exposants

étant moi même exposant de temps à autre, j’ai ouvert une version bêta d’un petit service en ligne (mêlant un backend en Symfony et un front en Angular) permettant d’avoir une caisse en ligne pour des exposants.

 

On peut actuellement:

  • utiliser le compte de démo (login: demo, pass: demo) pour voir avec des infos fictives ce que ça donne.
  • creér un compte et le modifier (vérifiez votre dossier de spams pour le mail d’activation de compte)
  • enregistrer des ventes et des infos clients.
  • exporter toutes les ventes.
  • créer des festivals qui gèrent aussi les fonds de caisse avant et après le festival.
  • créer des catégories et des produits en masse rien qu’en écrivant leur nom et leur prix dans la partie Imports.
  • gérer des stocks de produits, actualisés en temps réel.
  • obtenir quelques statistiques générales.
  • Créer, Modifier, Lire la plupart des objets. (pas encore de suppression)

Exemple de gestion des festivals calculant votre bénéfice et vos écarts de caisse:

C’est une version béta, l’utilisation sur petits écrans et les éléments pas toujours alignés restent à fignoler mais c’est globalement utilisable. J’ai fait au mieux avec les retours de mes premiers testeurs.

Le code est disponible en open source sur mon gitlab dans le répertoire fanzine-log.

J’attends vos retours pour essayer la Caisse et faire évoluer tout ça 😉

panopticlick contre le pistage de navigation

Testez votre navigateur pour savoir s’il vous protège votre vie privée contre le suivi en ligne, Panopticlick, publié par l’Electronic Frontier Foundation (des gens bien qui luttent pour les libertés des gens sur le net, un peu comme le fait la Quadrature du net en France) ce site vous donnera ensuite quelques infos sur comment améliorer votre protection aussi bien sur ordinateur fixe, que sur mobile. (saviez vous d’ailleurs que l’on peut mettre des extensions à un firefox sur mobile? maintenant vous savez)

https://panopticlick.eff.org/

Cela vous dira si vous êtes protégés contre le suivi des publicités, contre les traceurs invisibles, contre les « pubs acceptables », contre le marquage d’empreinte unique de navigateur.

Pour commencer vous pouvez utiliser TORBrowser, ou Firefox plutôt que Google Chrome, Edge, Internet Explorer, ou Safari. Et installer les extensions:

  • privacy badger
  • https everywhere
  • facebook container
  • ublock origin

et ça sera déjà bien.

 

Facebook est mort, vive Mastodon

Facebook a merdé avec le scandale de Cambridge Analytica, et maintenant beaucoup de gens sont au courant et fuient ladite plateforme en désactivant les logins via cette plateforme sur les autres sites, et on a vu apparaître un hastag nommé #deleteFacebook.

On peut d’ailleurs retracer une timeline de leur méfaits pour compléter l’article que j’avais traduit à propos de comment facebook choisit vos amis à votre place, peut deviner votre orientation sexuelle avec seulement 3 likes, vous censure sous directives politiques, conserve vos infos médicales, vous espionne, conserve les textes que vous effacez et n’envoyez pas dans une conversation Messenger, vous demande d’espionner vos proches, retient combien de fois vous avez été violé-e, vos historiques de déplacement, se met au milieu de tous vos échanges avec vos proches via Instagram, Messenger et WhatsApp qui lui appartiennent, fait des profils psychologiques pour vous manipuler (pas seulement avec de la pub) et vous pourrit dans la vraie vie. Voilà voilà. C’est pas bien propre tout ça et c’est avéré depuis des années.

Mais maintenant tout le monde est au courant et commence à voir que l’herbe est plus verte ailleurs.

Cliquer sur j’aime, pas certain que ça soit une bonne interaction sociale à tous les coups. illu par TyKayn

ça tombe bien, il existe le réseau social Mastodon et Telegram pour remplacer tout ça.

www.mamot.fr

Mastodon, enfin un réseau social ouvert, sans pub, auto-hébergeable, et qui communique avec toutes les instances du monde selon les règles que l’on choisit. C’est ça qui est beau avec l’open source, c’est qu’on peut le bidouiller.

Tout comme pour les e-mails on est pas obligés d’avoir tous un compte chez MachinMail pour envoyer des e-mails à d’autres gens qui auraient des comptes chez TrucMail et BiduleMail, on a des moyens de communiquer multi plateforme grâce à des protocles standardisés. Actuellement, les grands réseaux sociaux sont fermés et restrictifs, la révolution apportée par Mastodon est donc vraiment remarquable, en plus d’avoir déjà des millions d’utilisateurs et de rencontrer un franc succès.

C’est ainsi que de nombreuses instances ont été crées afin de permettre des safe-space LGBT+, des thématiques artistiques, et aussi des réseaux d’entreprise.

On peut donc avoir des réglages de visibilité des posts très fins, à cheval sur la sécurité, suivre des gens, publier des images, des photos, des vidéos, des liens, comme sur n’importe quel réseau social. Mais avec une limite de 500 caractères par post.

Et donc, si je vous recommande l’instance www.mamot.fr plutôt qu’une autre c’est parce que c’est une instance hébergée par La Quadrature du Net, une chouette asso qui lutte pour les libertés numériques à laquelle je fais des donations régulière. D’ailleurs en ce moment ils font une action collective contre les GAFAM que je vous invite à rejoindre sur gafam.laquadrature.net, parce que notre vie privée et nos libertés fondamentales ne sont pas à vendre.

 

 

logo de telegram.org

Remplacer Messenger et whatsapp par Telegram, une messagerie chiffrée de bout en bout, sans pub, et régie par des gens bien.

ça vaut le détour. Vous pourrez donc me retrouver sur ces plateformes en cherchant l’utilisateur « tykayn ».

La force soit avec vous!